Agrégateur de flux

Climat social tendu à la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN).

Tamtaminfo - 18/10/2018

Le climat social est délétère à la Société d’Exploitation des Eaux du Niger (SEEN). Les rapports sont très tendus ces derniers temps entre les différents protagonistes. Cela a occasionné  des sorties médiatiques répétitives du Syndicat National de l’Industrie et du Secteur de l’Eau au Niger (SYNISEN), qui a fait un déballage de son contentieux avec la direction générale de la SEEN.

Pour en savoir, un peu plus, notre reporter s’est entretenu avec le Secrétaire Général du SYNISEN, M. Seydou Mossi Garba, qui nous relate ici,  le calvaire que vit le personnel de la SEEN. Pour une question d’équilibre de l’information, nous allons tout faire pour avoir la réaction des responsables de la SEEN.

Pour le SG du SYNISEN, ce n’est un secret pour personne, « la situation du personnel de la SEEN est très précaire, tout simplement parce que les différentes politiques de gestion que le nouveau Directeur Général de la SEEN, M. René Matillon a mis en œuvre ont conduit à une démotivation de plus en plus affichée de la majorité des travailleurs ».

En effet, assène-t-il, « la direction générale de la SEEN s’est mise dans une logique implacable de rupture de contrat de travail, particulièrement les plus visés sont les délégués du personnel et les militants syndiqués.  En une année, plus de 25 travailleurs ont été licenciés ».

Le Secrétaire général pointe également du doigt,  « les affectations arbitraires et intempestives de délégués syndicaux et du personnel, des sanctions à n’importe pièce et des intimidations des délégués dans l’exercice de leurs activités ».

 »Toutes les fois que ces affaires sont portées à l’inspection du travail, notre syndicat a toujours eu raison. Non seulement la Direction générale refuse d’appliquer les recommandations de l’inspection de travail, pire elle ne fait qu’avancer dans sa logique, créant ainsi un climat social délétère à l’intérieur de la SEEN ».

Et pourtant, affirme M. Seydou Mossi Garba,  « les Nigériens détiennent 49% des actions de la SEEN, mais comble de l’ironie,  ils ne participent pas à la gestion de la boite. Nous refusons cette attitude dangereuse et condamnons le silence complice de certains cadres nigériens de la SEEN ».

Il a enfin exigé de la direction générale de la SEEN et du groupe de VEOLIA de revenir impérativement sur les différentes sanctions arbitraires, affectations fantaisistes et licenciements abusifs conformément aux recommandations des inspections de Travail, sinon… !

À propos de l'Auteur I.S.A. (Tamtam Info News)

11ème réunion du Comité technique spécialisé sur la Défense, la Sureté et la Sécurité Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Niger propose le principe du volontariat pour constituer la Capacité de Déploiement Rapide (CDR) de l’Union Africaine

Tamtaminfo - 18/10/2018

Le ministre de la Défense nationale, M. Kalla Moutari a conduit la délégation nigérienne ayant pris part le 12 octobre dernier à Addis-Abeba en Ethiopie à la 11ème réunion du Comité technique spécialisé sur la Défense, la Sureté et la Sécurité. Au cours de ces assises qui regroupe les ministres en charge de la Défense et de la Sécurité des pays membres de l’Union Africaine ainsi que leurs services chargés des questions de sécurité, le ministre Kalla Moutari a dans son intervention fait part de la position du Niger sur les questions à l’ordre du jour de cette réunion qui, s’est déroulée en présence du Commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union Africaine, l’ambassadeur Ismail Chergui.

Dans son intervention devant ses pairs, le ministre de la Défense nationale a d’abord évoqué la situation globale du continent qui dit-t-il continue d’être victime du terrorisme et de l’extrémisme violent dans plusieurs de nos sous-régions. M. Kalla Moutari a insisté sur la situation qui prévaut encore dans la région du Sahel, « nos familles continuent d’être endeuillées, au Mali, au Burkina Faso, au Tchad et au Niger, mais grâce à Dieu beaucoup moins en Mauritanie ». Aussi « c’est pour faire face à cette violence aveugle qui ne connaît pas de frontière, que nous avons créé la force conjointe du G5 Sahel(FC G5S) qui a eu la bénédiction du Conseil de Paix et de Sécurité(CPS) à travers sa résolution 679» a rappelé le ministre de la Défense.

M. Kalla Moutari s’est réjoui du fait que cette initiative sous – régionale bénéficie, très amplement, du soutien de la Commission de l’Union Africaine(CUA) à qui il a tenu à exprimer, au nom du Niger et des pays membres, ses vifs remerciement. Il a dans le même ordre exprimé les mêmes remerciements à la République du Rwanda pour son appui fraternel et généreux d’un million de dollars US au profit de la Force conjointe, demandant par la même occasion à la 11ème réunion d’en tenir compte.

Cependant, le ministre de la Défense nationale a déploré l’absence à l’échelle continentale d’une capacité d’action réactive. « Je fais ici allusion à la Capacité de Déploiement Rapide (CDR) de notre force en attente » a-t-il ajouté avant de préciser que c’est pour
pallier cette situation que nos Chefs d’État ont eu l’ingénieuse idée en 2013, de créer la Capacité Africaine de Réponse Immédiate aux Crises (CARIC) comme mécanisme temporaire, en attendant la pleine opérationnalisation de la Force Africaine en Attente (FAA). « Malheureusement, malgré la noblesse de l’idée et après Cinq (5) ans d’existence, la CARIC tarde à emporter l’adhésion de la majorité d’entre nous. Elle ne compte à ce jour que 13 nations volontaires sur les 55 États membres que nous sommes » a déploré le ministre Kalla Moutari.

Ainsi face à l’impossibilité de rendre opérationnelle la CARIC, le ministre de la Défense nationale aproposé au nom de la délégation nigérienne, de « se baser sur le concept de volontariat de la CARIC pour constituer une CDR continentale », cela sans pour autant rejeter le concept de la CARIC. « Cette option mettra ainsi fin à la forme actuelle si peu consensuelle de la CARIC et permettra de doter enfin la FAA d’une CDR efficace et réellement visible dans l’intérêt de notre collective
sécurité» a estimé M. Kalla Moutari.

Construction du Troisième pont de Niamey : Les travaux avancent normalement dix mois après leur lancement

Tamtaminfo - 18/10/2018

Les travaux de construction du troisième pont de Niamey dit « Pont Seyni Kountché » ont démarré en décembre 2017 après la pose de la première pierre par le Président de la République Issoufou Mahamadou. Dix mois après ce lancement, la cellule de communication de la Présidence de la République a organisé une visite de presse pour faire rendre compte à l’opinion de l’évolution du plus grand projet qu’exécute la Chine au Niger sous forme de don. La visite guidée est organisée de concert avec le Ministère de l’Equipement représenté par M Abba Na Koira Bachir, directeur des routes et des ouvrages d’art.

Pour parler des caractéristiques techniques du pont, il faut souligner que l’ouvrage sera d’une longueur totale de 3,7km et une largeur de 23m, comportant deux ponts juxtaposés de deux voies larges de plus de 3m chacune et de trottoir de 2,5m de chaque côté. Il reliera la rive gauche du côté du village de Goudel au quartier Lamordé sur la rive droite pour déboucher sur l’intersection de la route Torodi avec celle de Namaro. Le pont Seyni Kountché est un chef-d’œuvre architectural qui comportera également des voies d’accès longues de 2, 55km de part et d’autre des rives du fleuve Niger. Outre sa partie fluviale de 928 m, l’ouvrage comportera un pont de 126m reliant le village de Néni Goungou à celui de Kourtéré et quatre ouvrages hydrauliques dits intermédiaires.

Du côté de la rive gauche, il est prévu un dédoublement des voies à travers la réalisation de six voies au lieu de quatre. Cela permettra donc une meilleure fluidité du trafic et augmentera la marge de manœuvre des gros porteurs entre le point de départ du pont et le boulevard Askia Mohamed. Le projet a un coût d’environ 50,3 milliards f CFA dont 44,8milliards supportés par la Chine et un peu moins de 5,5 milliards F CFA par le Niger. C’est une entreprise chinoise qui exécute le projet dont les travaux proprement dits ont effectivement commencé après la fin de la phase d’installation. Sur place, les représentants des média publics et privés nigériens ont eu droit à un exposé dans la salle de réunion de la base-vie du chantier en prélude à la visite avant de mettre le cap sur le site pour voir de plus près les travaux et s’enquérir de leur évolution.

C’est un chantier grouillant de monde et bondé de machines lourdes et autres matériaux et équipements que les journalistes ont visité. Le chantier du troisième pont sur le fleuve Niger à Niamey est un projet pourvoyeur d’emplois. Et pour cause, rien que pour la phase de démarrage, c’est deux cent dix (210) personnes dont 60 à 70 Chinois et le reste des nigériens qui sont mobilisés et travaillant actuellement sur le chantier de jour comme de nuit pour respecter le délai contractuel de 36 mois. Mais le nombre d’employés ira crescendo au fur et à mesure que les travaux atteindront leur vitesse de croisière.

Selon le chef de projet, le chantier emploiera à certaines étapes de son exécution plus de 800 personnes. Les ouvriers chinois et nigériens sont tous à pied d’œuvre, chacun selon la spécificité de son travail. Qui pour le chainage de fer, qui pour le forage destinés aux pieux sur lesquels reposeront les plateformes, qui pour le coulage du béton ou autre.

Le chantier est une véritable fourmilière géante d’où sortent, depuis quelques jours des profondeurs du sol, d’énormes poutres de 2m de diamètres et de 40 à 50 m de long. Le directeur des routes et des ouvrages d’art assure que tout se déroule normalement et cela au rythme souhaité. Après une consommation du délai contractuel estimée à 28%, le taux d’exécution global est quant à lui de 23% a précisé M Abba Na Koira Bachir. « Le seul souci, qui n’est pas majeur pour autant, c’est la question de ligne électrique haute tension de la NIGELEC sous laquelle devait passer le troisième pont de Niamey » a-t-il relevé.

Le responsable d’expliquer que la hauteur de l’ouvrage exige que soit augmentée celle des pylônes pour éviter tout contact ou risque de contact avec les câbles électriques. M Bachir a indiqué qu’aussitôt saisie la nigérienne de l’électricité s’est engagée à faire le faire le plus tôt afin de permettre à la société chinoise de continuer son travail.

À propos de l'Auteur Zabeirou Moussa (ONEP)

Le directeur général de l’agence UA Niger 2019 sur les chantiers des hôtels BRAVIA et NOOM de Niamey

Actuniger Société - 18/10/2018

 

Le Ministre Conseiller spécial du Président de la République et Directeur général de l’Agence UA Niger 2019 Monsieur Mohamed Saïdil Moctar, accompagné d’une délégation du ministère du tourisme et de l’artisanat conduite par le Conseiller technique Monsieur Madougou Ba Ousmane, a effectué ce mercredi 17 octobre 2018 une série de visites sur les sites de construction des hôtels BRAVIA et NOOM de Niamey.

439 villages agricoles à risque dans la région de Zinder selon la direction régionale de l’agriculture

Actuniger Société - 17/10/2018

La deuxième évaluation   par la direction Régionale de l’Agriculture de Zinder  fait ressortir 439 villages agricoles à risque pour la campagne 2018 renfermant  pour une population de 388.333 personnes contre 518 villages avec une population de 453.990 personnes en 2017, selon  le Directeur Régional de l’Agriculture ,M. Ibrahim Moussa.

FRONT SOCIAL : les centrales syndicales haussent le ton et menacent !

Actuniger Société - 17/10/2018

 

L’Intersyndicale des travailleurs du Niger (ITN) s’est réunie en session extraordinaire, ce mercredi 17 octobre à Niamey, à l’effet d’examiner son partenariat avec le gouvernement. Dans la déclaration qui a sanctionné la rencontre, l’ITN qui regroupe les sept (7) principales centrales syndicales du Niger (CDTN, CGSL, CNT, UGTN, UGSEIN, USPT et USTN), a fustigé plusieurs griefs qu’elle reproche au gouvernement de la 7e République.

Décès ce jour de Amadou Ousmane , journaliste, écrivain : une immense perte pour le NIGER

Tamtaminfo - 16/10/2018

Inna lilahi wa inna ilaihi rajioune. De Dieu nous venons, à Lui nous retournons. Notre pays vient d’etre frapper par une immense perte. En effet,  le journaliste et écrivain, l’un des plus grands journalistes de sa génération, Amadou Ousmane, a répondu aujourd’hui au rappel de son Seigneur.

Journaliste rigoureux et très professionnel, Amadou Ousmane a été un exemple pour de nombreux jeunes journalistes.

Né le 1er janvier 1948 à Tibiri (Doutchi), Amadou Ousmane est diplômé de  l’IFP de Paris. Il a été journaliste touche à tout, chroniqueur judiciaire, Attaché de presse du Président Seyni Kountché, Attaché de presse à l’Ambassade du Niger à Paris, Conseiller en communication du Premier Ministre de la Transition,  Cheiffou Amadou, ainsi que directeur de cabinet adjoint du Président Ibrahim Baré Mainassara.

Amadou Ousmane a occupé tous les postes de responsabilité à la Direction de la Presse Ecrite et des Publications, ancêtre de l’office National d’Edition et de Presse (ONEP), avant d’être promu Directeur Général de cet office en 1995.  Il a été aussi un agencier confirmé, Directeur général de l’Agence Nigérienne de Presse (ANP) et correspondant de plusieurs médias africains et internationaux. Il fut est consultant en communication.

Il a été servir pendant plusieurs années à l’international, notamment au NDI et au PNUD où il a pris sa retraite du Système des Nations unies.

L’homme doté, d’une culture hors du commun était aussi un grand écrivain. Ses principales œuvres sont « 15 ans, ça suffit ! », « Le nouveau juge », « L’honneur perdu », « Chronique Judiciaire »,  « Le Témoin gênant », « Kountché vu par ses proches », « Les propos d’Arbi », « Notre Ami Kérékou », etc.

Sa disparition constitue une très grande perte pour la presse nationale, le monde de la culture et le pays tout entier.

Il était toujours disponible, souriant et doté d’une générosité hors du commun.

Qu’il repose en paix dans cette terre qu’il a tant servie avec dévouement. Que le Paradis soit sa dernière demeure . Amine

À propos de l'Auteur Tamtam Info News

This RSS feed URL is deprecated

Google Actualités - 25/08/2018
This RSS feed URL is deprecated, please update. New URLs can be found in the footers at https://news.google.com/news

Message de vœux des Evêques du Niger à la communauté ... - aniamey.com

Google Actualités - 24/08/2018

aniamey.com

Message de vœux des Evêques du Niger à la communauté ...
aniamey.com
La Communauté musulmane de notre pays a célébré le mercredi 22 août dernier, la traditionnelle fête de l'Aïd el Kebir ou fête de la Tabaski. Comme à l'accoutumée, c'est avec joie que les Evêques du Niger, unis à toutes les Communautés Chrétiennes du ...

Niger-poste - anp.ne

Google Actualités - 24/08/2018

Niger-poste
anp.ne
Niamey, 24 Août (ANP)- L'opérateur historique du secteur postal au Niger, Niger poste compte lancer sous peu une structure de micro finance postale pour mobiliser l'épargne et financer le développement, a annoncé à l'ANP le Directeur Marketing et ...

Niger-Aid -prière - anp.ne

Google Actualités - 23/08/2018

Niger-Aid -prière
anp.ne
Soumis par lawan le mer, 22/08/2018 - 18:24. Niamey, 22 août (ANP) – La communauté musulmane au Niger a célébré ce mercredi 22 août l'Aid El Kabir ou la plus grande fête islamique qui commémore la soumission à Allah. Author(s):. Agence Nigérienne ...

Syndiquer le contenu