Agrégateur de flux

Attaque de Toumour/Diffa : 3 morts et huit blessés côté forces de sécurité du Niger

Actuniger Société - 18/01/2018


Les dernières informations non encore officielles font état de trois (3) morts et huit (8) blessés côté forces de sécurité du Niger. D'autres militaires seraient aussi portés disparus. 

Toumour : Le camp des forces armées attaqué par des terroristes

Actuniger Société - 18/01/2018

Des hommes lourdement armés probablement des combattants du groupe terroriste Boko Haram, ont attaqué mercredi soir le camp des forces armées nigériennes, à Toumour, à environ 10 km de Diffa (extrême sud-est du pays), proche de la frontière du Nigeria, apprend-on de sources sécuritaires.

Contentieux de la chefferie du canton de Tibiri : Les candidats Sarkin Arewa saisissent officiellement la Cour de justice de la CEDEAO

Actuniger Société - 18/01/2018

Sur le contentieux de la chefferie du canton de Tibiri (Département deTibiri), les candidats Sarkin Arewa viennent de saisir officiellement, depuis ce lundi 16 janvier 2018, la cour de justice de la CEDEAO, compétente pour se prononcer sur les violations des principes fondamentaux des droits de l’homme dont ils estiment être victimes.

Le succès du PDES témoigne la crédibilité et la confiance dont jouit le Niger déclaré l`honorable Députée…

Tamtaminfo - 17/01/2018

Honorable Fatima Doubou Dogo (Rapporteure a la commission finances et budget; Presidente du reseau parlementaire pour l’amelioration du climat des affaires au Niger)

Tamtam Info News: Honorable vous êtes l’une des Députés ayant pris part au nom de l’assemblée nationale a la table ronde sur le plan de la renaissance du Niger 2017_2021. Vous avez activement participé aux travaux, quelles leçons tirez-vous à l’issue de cette rencontre?

Honorable Fatima Doubou Dogo: Effectivement, nous avons assisté au nom de l’Assemblée Nationale au Forum de Paris sur le PDES 2017-202, je peux vous affirmer que le Niger a remporté une grande victoire. Il faut féliciter toute l’équipe qui a conduit de manière brillante ces négociations. Ensuite, je suis émue par la qualité de la documentation produite ainsi que celle des animateurs des différentes sessions.

Enfin je me suis réjouie de la présence des représentants au plus haut niveau de responsabilités des partenaires techniques et financiers à cette rencontre. Ceci témoigne de la crédibilité et de la confiance que jouit mon pays à l’échelle internationale. En outre, la présence de plusieurs Chefs d’Etats Africains à cette rencontre au côté du Président Issoufou Mahamadou reflète cette crédibilité et la solidarité interafricaine. Je suis rassurée que les partenaires ne seront pas déçus et que le PDES sera une réussite, incha Allah.

Le Niger a rencontré un écho favorable au niveau de la Communauté internationale. 23 milliards de dollar ont été enregistrés sur 17 attendus, quel commentaire vous inspire cette grande victoire?

Permettez-moi de préciser que c’est 26 milliards de dollars qui ont été annoncés au lieu de 23 milliards de dollars.

Je remets cette victoire au crédit du Président de la République. Elle témoigne de la reconnaissance des partenaires par rapport à la politique clairvoyante mise en place par le Président de la République depuis sa prise de fonction en 2011, en dépit des contingences sécuritaires dont le coût aurait pu déstabiliser n’importe quel pays.

Cette victoire s’explique également par la stabilité politique que connait notre pays en dépit de quelques soubresauts sans aucune gravité ; opposition comme majorité chacun joue sa partition dans le respect des lois et règlements en vigueur. Aujourd’hui, on peut l’affirmer sans risque de se tromper que le Niger est en marche pour le progrès.

Il faut également saluer l’engagement, la détermination, l’abnégation et le patriotisme qu’a fait preuve la Ministre du Plan Mme Kané Aichatou.

Le Parlement dont vous êtes l’un des représentants sera sollicité pour accompagner et contrôler le Gouvernement dans l’exécution de ce plan, vous avez certainement des suggestions à faire afin que les projets prévus dans ce plan de Renaissance soient profitables à l’ensemble des Nigériens?

Dans le cadre de nos actions sur le terrain, nous avons l’habitude de visiter des projets en cours d’exécution et de discuter avec les populations bénéficiaires.

A ce niveau notre objectif est double. Il s’agit de s’assurer d’une bonne exécution sur le terrain des projets tels que prévus, et de prendre l’avis des populations bénéficiaires des retombées de ces projets dans leur vie quotidienne. A chaque fois que de besoin, nous faisons remonter au niveau de l’Exécutif les corrections jugées nécessaires tant dans leurs exécutions que dans l’attente des populations. Ce sont là, les actions auxquelles nous sommes déjà habituées. Aussi dans le cadre de ce PDES nous ne pouvons que renforcer ce genre d’action pour que le PDES réponde véritablement aux objectifs pour lequel il a été mis en place.

Avec l’institutionnalisation du Budget Programme qui a démarré en janvier 2018, l’Assemblée nationale a révisé son règlement intérieur pour davantage renforcer la mission du contrôle de l’action gouvernementale en intégrant l’évaluation des politiques publiques. Ainsi, dans le cadre du PDES, l’Assemblée nationale va s’assurer que le Gouvernement met tout en œuvre pour respecter le planning d’exécution de ce PDES ; que le Gouvernement s’est procuré de tous les moyens indispensables à sa mise en œuvre ; notamment les ressources humaines dont il faut s’assurer de la qualité afin d’éviter ce paradoxe de sous consommation de crédit alors que les besoins sont énormes ; et de la participation active des populations à la base parce que le PDES les appartient.

En tant qu’élu du peuple, c’est une obligation de suivre de manière permanente les actions de développement entreprises sur le terrain au bénéfice des populations.

Certains accusent le Parlement nigérien d’être une simple chambre d’enregistrement. Vous n’avez aucune indépendance vis à vis de la majorité présidentielle, votre réaction?

L’Assemblée nationale c’est là où on vote les lois. Nous avons opté pour un régime semi présidentiel. La logique de notre démocratie est donc le fait majoritaire où la majorité parlementaire soutient le Gouvernement qui est son émanation. A l’Assemblée nationale du Niger, notre vote n’a jamais été mécanique comme en témoignent les projets de lois que nous adoptons en plénière de l’Assemblée nationale.

En effet, ces projets de lois sont adoptés avec amendements et certains sont même renvoyés au Gouvernement pour améliorations et enrichissements. Du reste, notre majorité est composite, plusieurs sensibilités s’expriment avant que se dégage la décision finale. Les débats en commission ont toujours été nourris. Le vote du projet de loi de finance 2018 en est un exemple illustratif.

En conséquence les députés que nous sommes, issus de la majorité, travaillons dans l’intérêt supérieur de la Nation tout comme le Gouvernement du reste.

C’est cette impression qui laisse croire que l’Assemblée nationale est une chambre d’enregistrement.

À propos de l'Auteur Tamtam Info News

 

Doutchi/ Faits divers Mystérieuse disparition de Toungouma, la célèbre pierre sacrée de Lougou

Tamtaminfo - 17/01/2018

S’achemine-t-on vers la fin d’un mythe avec la disparition de la célèbre pierre Toungouma de Lougou ? En effet, il y a quelques jours circulait une information selon laquelle la célèbre pierre sacrée de Lougou qui rend justice aurait mystérieusement disparu. Nous avons approché le préfet du département de Dogondoutchi M. Hamidou Diaouga pour avoir plus d’informations sur cette affaire.

C’était le 2 janvier 2018 que le préfet Hamidou Diaouga a été saisi au sujet de la disparition de la fameuse pierre : il lui a été rapporté qu’un individu de la commune rurale de Dankassari aurait volé la pierre Toungouma. Selon le préfet les gardiens de la pierre qui ont constaté sa disparition, ont retrouvé sur les lieux des traces de motos qu’ils ont suivies jusqu’au village de Sabaha distant de 7 km de Dankassari.

Les traces conduiront les chercheurs à la maison de l’individu qui a emporté la pierre. Ce dernier a reconnu, sans hésiter, être allé prendre la pierre sur instruction du génie maître de la pierre. L’homme précisa que de son propre chef, il serait incapable d’accomplir un tel acte. C’est pourquoi il n’a trouvé aucune difficulté à s’emparer de la pierre qu’il ramena chez lui avant de la fracasser en plusieurs morceaux qu’il présenta à ses poursuivants.

L’homme se trouve actuellement entre les mains de la justice. Cependant dira le préfet de Dogondoutchi, les populations de Lougou, gardiens de cette pierre estiment que les morceaux qu’on leur a présentés ne proviennent pas de la véritable pierre et qu’elle serait cachée quelque part. Aussi, ils solliciteront l’autorisation de faire d’autres rites dont ils ont l’habitude afin de voir dans quelle circonstance identifier le lieu où la pierre serait cachée.

Cette autorisation dira le préfet leur a été accordée à condition que cela se passe dans le calme et sans trouble. Malheureusement jusqu’à la date du 15 janvier 2018, tous les rites effectués sont restés infructueux.

La pierre sacré reste toujours introuvable.

À propos de l'Auteur Mahamane Amadou ONEP-ANP/Dosso

RETOUR DE HAMA AMADOU : LES JÉRÉMIADES DE SOUMANA SANDA SUR LABARI TV

Tamtaminfo - 17/01/2018

La jeunesse du parti politique Lumana a réagi

Dimanche à partir de 21 heures, le député Soumana Sanda a fait un show médiatique en langue zarma. Cet entretien annoncé par le journal Enquêteur quelques jours plus tôt, a eu finalement lieu. Initialement selon l’Enquêteur cette intervention de Soumana était destinée à annoncer le retour de Hama Amadou à Niamey. Mais à l’épreuve des faits, le député Soumana Sanda a plutôt exprimé le ‘’rejet obsessionnel de la réalité par son obédience politique qui semble à bout de souffle’’. Retour sur une phraséologie d’un combat d’arrière-garde.

Le choix du canal et la date pour livrer ce message assez spécieux n’était pas fortuits. L’introduction abusivement tendancieuse du présentateur du jour en dit long sur le décor et la teneur du message. C’est en écoutant la substance de ce message que le téléspectateur se rendra à l’évidence que Soumana Sanda reste et demeure toujours dans cette mauvaise posture de mauvais perdant qui croit avec ‘’un vocabulaire excessivement plaintif se faire bonne conscience’’.

A la vérité, celui qui s’affiche de plus en plus comme le leader incontesté de Lumana FA de la région de Niamey n’avait pas d’annonce particulière à faire puisque c’est à la fin de son intervention qu’il a répondu à la question du journaliste par un lieu commun en disant à ses auditeurs que Hama Amadou reviendra à Niamey tout comme chacun est sûr qu’il va mourir ! Mais quand et comment ? C’est le flou artistique. Il faut donner l’espoir aux militants car l’espoir fait vivre, dit-on. Pour amuser la galerie, Soumana Sanda a soutenu que personne ne pourra empêcher à Hama Amadou d’être candidat aux élections de 2021. Même pas ses déboires judiciaires, à en croire Soumana Sanda. Son postulat : soit son mentor est candidat aux élections de 2021 soit alors il n’y aura pas d’élections du tout. Pourtant chose curieuse, l’opinion publique se demande pourquoi voudrait-on faire du retour de Hama Amadou un événement du moment où chacun sait qu’il a quitté la prison de Filingué pour se faire soigner. Son retour serait normalement une banale affaire. Mais l’intervention de  Soumana Sanda a le mérite d’informer l’opinion que cette évacuation sanitaire est devenue le prolongement de l’exil parisien du plus célèbre fugitif de notre histoire récente.

Le reste du discours du député Sanda, ce n’est que du nihilisme et la mauvaise foi dont lui seul et son parti ont le secret. Un exemple ? Dès l’entame de son speech, il a affirmé que les 7 ans d’Issoufou Mahamadou au pouvoir constituent 7 ans de souffrance pour le peuple nigérien feignant d’ignorer que Lumana était allié du PNDS durant les trois premières années.

Une partie du discours de Soumana Sanda traduit sa lecture très biaisée de la loi de finances 2018 dans le seul but d’ameuter les populations. C’est en cela le choix de la date n’était pas fortuit car il fallait procéder à la récupération de la manifestation de la société civile. A propos justement de la loi de finances, Soumana Sanda  a fait des commentaires très abusifs qui frisent des appels à la révolte.   Il a par exemple dit aux populations que le transport serait tellement élevé avec la mise en œuvre de la loi de finances 2018 que les populations des campagnes ne pourront plus venir dans les centres urbains. Et à l’endroit des populations des centres urbains, il prétend que les frais des taxis vont grimper.

Il a également évoqué les 3N, l’affaire Mallah Bagalé, la Nigelec, l’hôpital de référence avec une lecture on ne peut plus subjective.  Mais du retour de Hama, Soumana Sanda en a fait une abstraction. Hama Amadou arrive ! Une belle manchette d’un journal. Pour le reste, les militants du FA Lumana ne verront que du vent. N’est-ce pas d’ailleurs le même Soumana Sanda qui avait promis l’impunité à Hama Amadou une fois de retour à Niamey ? Les Nigériens savent que Hama Amadou sait prendre des risques mesurés. Il sait se mettre à l’abri dans sa zone de confort. Un manipulateur narcissique qui veut le beurre et l’argent du beurre, comme qui dirait.

À propos de l'Auteur Abdoulaziz Moussa (Niger Inter)

Le Président de la République a présidé lundi une réunion sur le ’’ Climat des Affaires’’ au Niger

Tamtaminfo - 17/01/2018

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a présidé lundi, 15 janvier 2018, au Palais de la Présidence, une réunion sur le Climat des Affaires au Niger (Doing Business). 

Le suivi du Plan d’Action des Reformes sur le Climat des Affaires Novembre 2016-Mai 2019 était à l’ordre du jour de cette rencontre qui s’était déroulée en présence notamment du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SEM Brigi Rafini et de plusieurs membres du Gouvernement.

À propos de l'Auteur Source: Presidence de la Republique

Communiqué de presse sur le contentieux de la chefferie du canton de Tibiri Les candidats Sarkin Arewa saisissent officiellement la Cour de justice de la CEDEAO

Tamtaminfo - 17/01/2018

Sur le contentieux de la chefferie du canton de Tibiri (Département deTibiri), les candidats Sarkin Arewa viennent de saisir officiellement, depuis ce lundi 16 janvier 2018, la cour de justice de la CEDEAO, compétente pour se prononcer sur les violations des principes fondamentaux des droits de l’homme dont ils estiment être victimes.

Ce contentieux débuté en septembre 2015, suite à l’exclusion de l’ensemble candidats Sarkin Arewa par un premier arrêté du ministre de l’intérieur, malgré la transmission de leurs candidatures validées par la Commission consultative régionale de Dosso instaurée après l’appel à candidatures du fait de la vacance de poste du chef de canton suite au rappel à Dieu du chef de Canton en poste depuis en 1980.

En effet, en dépit de l’élection du chef de canton en 1980 pendant le régime de l’intègre président Seyni Kountché qui avait réuni pour une première fois les candidats des deux (2) lignages antagonistes Sarkin Arawa et goubawa, ceux du  lignage Sarkin Arewa ont été écartés de la course au cours du processus électoral.

L’Etat du Niger à travers son ministre de l’intérieur avait estimé en 2015, sous les intrigues d’un candidat, en même temps juge et partie, qu’en organisant cette élection regroupant ces deux lignages en 1980, le défunt président Seyni Kountché (paix à son âme) avait « fraudé ». Et c’est pourquoi, le ministre de l’intérieur, par deux (2) arrêtés, avait éliminé l’intégralité des quinze (15) candidats Sarkin Arewa pourtant sélectionnés par la Commission consultative régionale de Dosso prévue par la loi.

Le délibéré du recours en révision introduit suite à l’arrêt 24 mai 2017 rendu par le Conseil d’Etat consacrant cette exclusion des candidats Sarkin Arewa sera vidé ce mercredi 17 janvier 2018, mais d’ores et déjà, les candidats Sarkin Arewa, au vu de la tournure prise par le dossier, ont pris le devant et saisi la Cour de justice de la CEDEAO par une requête en violations de leurs droits comme les textes de l‘institution régionale les y autorisent.

Ils viennent également d’introduire, le 16 janvier 2018, un recours en annulation de l’arrêté nommant le chef de canton auprès du Conseil d’Etat suite à une élection entachée de nombreuses irrégularités.

À propos de l'Auteur Djibrilla

Le Président Issoufou Mahamadou a pris part mardi après-midi à Ouagadougou à la Conférence sur « Gouvernance, Démocratie et Affaires »

Tamtaminfo - 17/01/2018

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part, mardi après-midi, 16 janvier 2018 à Ouagadougou, au Burkina Faso, à la cérémonie officielle d’ouverture de la Conférence sur « Gouvernance, Démocratie et Affaires ».

A son arrivée à l’Aéroport International de Ouagadougou, SEM Issoufou Mahamadou a été accueilli par son homologue du Burkina Faso, SEM Roch Marc Christian Kaboré.

Après l’exécution des hymnes nationaux des deux pays et le passage en revue des troupes, le Président Issoufou Mahamadou a été salué par les membres du gouvernement du Burkina Faso et la communauté nigérienne vivant dans ce pays. Peu après, les deux Chefs d’Etat ont eu un entretien en tête-à-tête au Salon d’honneur de l’Aéroport.
Le Président de la République du Mali, SEM Ibrahim Boubacar Keita et le Président de l’Assemblée Nationale du Ghana étaient également présents à la cérémonie officielle d’ouverture de cette rencontre qui vise à « renforcer la voix des Entreprises pour soutenir la Gouvernance Démocratique ».

Des hommes d’affaires, des hommes politiques, des représentants des syndicats, des acteurs de la société civile et parlementaires originaires d’Afrique et d’Amérique prennent part à cette conférence internationale placée sous le thème «Gouvernance, Démocratie et Affaires» et qui s’achève mercredi soir.

Ce rendez-vous international est organisé par le Gouvernement du Burkina Faso en collaboration avec la Chambre de Commerce du Burkina Faso et celle des Etats Unis d’Amérique (U.S. Chamber of Commerce, Africa Business Center (ABC).
On rappelle que le Mouvement Mondial pour la Démocratie, le Centre pour l’Entreprise Privée Internationale (CIPE) et le U.S. Chamber of Commerce, Africa Business Center (ABC) ont lancé conjointement cette initiative « pour le renforcement de la Gouvernance démocratique à travers la création de nouvelles voies de participation et de liberté économiques, permettant l’amélioration des économies de marchés existantes.»

Cette conférence sera sanctionnée par « la Déclaration de Ouagadougou », qui témoignera de l’engagement des participants sur les questions de gouvernance, d’affaires, de sécurité, de politique».

La cérémonie officielle d’ouverture a été surtout marquée par le discours du Président du Burkina Faso ainsi que les allocutions du Ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat du Burkina Faso, du Président de la Chambre du Commerce et d’Industrie du Burkina (CCI-BF), du Directeur du Mouvement Mondial pour la Démocratie, du représentant du Commissaire au Commerce, à la Douane, à la Libre circulation et au Tourisme de la Commission de la CEDEAO, du Président de la Chambre de Commerce des Etats Unis et de l’Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique au Burkina Faso.

Dans son intervention, le Président Roch Marc Christian Kaboré a remercié les Présidents nigérien et malien pour avoir répondu à son invitation à participer à rendez-vous.

« Votre présence à cette importante conférence internationale traduit votre engagement et votre détermination à œuvrer sans relâche à l’ancrage de la démocratie et de la bonne gouvernance dans vos pays respectifs et en Afrique de façon générale », a dit le Chef de l’Etat burkina bé à l’endroit de ses « chers amis et frères » les Présidents Issoufou Mahamadou et Ibrahim Boubacar Keita.

Deux jours durant, les participants à cette rencontre vont examiner plusieurs thèmes à travers quatre panels. Il s’agit notamment de : Gouvernance collective en Afrique : Ethique, Sécurité, et inclusions économique et politique ; panel parlementaire : plaidoyer politique et mise en œuvre pour une gouvernance collaboratrice ; lancement du rapport CIPE-FREE AFRIK : renforcer la voix du secteur privé du Burkina Faso ; réaliser le développement durable et la croissance grâce à une gouvernance éthique ; édification de sociétés résilientes pour faire face aux menaces sécuritaires ; adopter les technologies pour renforcer l’inclusion économique et politique des citoyens. 

Le Président de la République a regagné Niamey le même jour. A son départ de Ouagadougou pour la capitale nigérienne, SEM Issoufou Mahamadou a été raccompagné jusqu’à la passerelle de l’avion présidentiel par son homologue du Burkina Faso.

Le Chef de l’Etat était accompagné dans ce déplacement, de M. Mahamadou Ouhoumoudou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République.

À propos de l'Auteur Source: Presidence de la Republique

Le bateau des lumanistes vers un naufrage certain… Le probable retour du fugitif HAMA AMADOU sème le trouble et exacerbe les tensions au MODEN LUMANA !

Tamtaminfo - 17/01/2018

 

President du FA-Lumana Hama Amadou

Suite à une réunion de la coordination régionale de Niamey de Mouvement pour une Fédération Africaine, Moden FA Lumana, présidée par son coordinateur Soumana Sanda, une lettre a été adressée à toutes les coordinations des arrondissements afin de finaliser les renouvellements des structures dans un bref délai. Ainsi, les coordinations des différents quartiers du Moden FA Lumana de l’arrondissement 4 de Niamey ont demandé à plusieurs reprises au coordinateur de l’Arrondissement Niamey 4 Seyni Yacouba dit ‘’Mereda’’ de convoquer la réunion de la structure, Mais en vain.

La semaine passée les différents coordinateurs, devant un Huissier de Justice, ont conformément aux textes du parti, recueilli 103 signatures sur les 140 membres, et sommer Seyni Yacouba de convoquer la réunion au plus tard dans cinq (5) jours.  C’est à dire avant le jeudi 18 janvier 2018 si Mereda ne convoque pas  cette réunion, le Secrétaire général adjoint de la coordination convoquera une conférence communale à l’effet de suspendre le coordinateur Seyni Yacouba dit ‘’Mereda’’ ainsi que   le SG de la dite coordination.

Les différentes coordinations reprochent à Seyni Yacouba Mereda son immobilisme politique. En effet Depuis son élection à tête de cette coordination, même les loyers du bureau de la coordination, demeurent impayés à chaque fois il faut que les militants cotisent pour assumer cette charge. Il lui est reproché aussi de n’avoir jamais convoqué une réunion, ni mettre les moyens pour le rayonnement de la structure et surtout qu’il n’a aucune base même dans son propre quartier à Gamkalley.

C’est la deuxième fois que Mereda est menacé de suspension dans sa coordination. Pour rappel, en référence à la lettre du Bureau Politique National, les coordonnateurs du Moden/FA Lumana des zones Aéroport I et II, Route Filingué et Talladjé ont tenu une Assemblée Générale extraordinaire le Mardi  25 août 2015 dans l’après-midi, à son siège sis à la Route Filingué à l’effet d’examiner la situation du blocage de la coordination Niamey IV entretenu par le coordinateur malgré l’appel du Bureau Politique National et du bureau de la section de Niamey.

Ainsi, après des débats houleux et pertinents, les participants ont convenu de soumettre la question de la suspension du président au vote à main levée. A l’issue de ce vote une majorité des voix s’est dégagée en faveur de la suspension du président. Et sur les cent douze (112) membres que compte le bureau de la coordination communale, le vote favorable à la suspension a recueilli une majorité éclatante de quatre-vingt  et une voix (81). La réunion a décidé de la suspension  de Mr. Seyni Yacouba dit Méréda  de son poste du Président de la Coordination Communale Niamey IV à compter de la présente  assemblée générale, sous la faute de la violation des textes, du refus d’obtempérer et du manque de  respect  aux instances supérieures du Moden/FA Lumana.

Ainsi, la réunion a désigné à l’unanimité de ses membres  Elhadji Hassoumi ALI MAIGA Coordinateur de zone Aéroport II, comme Président par intérim  de la Coordination Communale Niamey IV. Et, la réunion a demandé à la Coordination Régionale de Niamey de prendre les dispositions nécessaires afin de dégager toute sa responsabilité, de prendre acte de la décision du Bureau de la Coordination Communale Niamey IV et de sa mise en application effective. Cette réunion qui avait un seul point inscrit à l’ordre du jour, avait  pour but la normalisation du fonctionnement des coordinations des zones et de la  coordination communale Niamey IV, conformément au mandat donné au Président Régional de Niamey  par le Bureau Politique National, pour un délai de 30 jours  à compter du 22 avril 2015.

En dépit de plusieurs injonctions des instances supérieures du parti, le Président de la coordination communale Niamey IV a refusé catégoriquement d’obtempérer et de se soumettre aux différentes instructions.

Il a continué à mettre en place des coordinations dans les différentes zones (cas de Talladjé et Aéroport I) ; et à remettre  en cause les décisions du bureau originel composé par le Comité  mis en place par la Coordination Communale Niamey IV  en violation des textes divisant ainsi les militants et refusant également de reconnaître les structures de masse qu’il considère toujours illégales. La réunion a sollicité la mise en place du bureau de la coordination de Gamkallé, sous la supervision des quatre (04) coordinateurs, vu que le délai des six (06) mois est largement dépassé.

Cette crise au sein de la coordination régionale Lumana FA de Niamey, intervient à la veille de l’annonce du retour du Président du parti, Hama Amadou, qui est en fuite depuis plus d’un an malgré sa condamnation  à un (1) an de prison ferme pour faux et usage de faux, dans un trafic des bébés importés du Nigéria. Actuellement l’enfant  terrible de Youri est à Abuja où il tente de négocier son retour au pays auprès des instances dirigeantes de la CEDEAO.

Mais, les autorités du Niger dit n’avoir aucun problème avec le Chef de file de l’opposition politique, il a un problème avec la justice et il doit assumer ses responsabilités car la loi lui donne toutes les garanties pour se défendre comme tous les autres nigériens. Il aurait dû depuis rester pour se défendre, mais, comme il fallait s’y attendre le président du MODEN FA LUMANA, Hama Amadou a préféré prendre la poudre d’escampette. Aujourd’hui, Hama Amadou acceptera-t-il d’affronter avec courage et dignité le sort que lui impose la justice nigérienne suite à son implication dans l’affaire dite des bébés importés ?

Ou craint-il ? Que la prochaine session ordinaire de l’assemblée nationale se penche  sur son cas après plus près de deux ans d’absentéisme prolongé et non justifié ? Ce qui est sûr c’est qu’en  conformité avec le règlement intérieur du parlement le sieur HAMA AMADOU perdra sa place de député au profit de son suppléant. Ainsi, il perdra tout contrôle du parti.

Car on ne peut comprendre qu’au moment même où il affirme être en convalescence que cela ne lui empêche nullement d’entreprendre des tournées hors de Paris  car actuellement, il séjourne à Abuja au Nigéria.

Une chose est sûre, aujourd’hui rien ne vas plus au sein de sa formation politique confrontée à une grave crise de leadership depuis la désertion de  son capitaine. En effet une véritable guerre larvée oppose actuellement ses principaux acolytes de la coordination de Niamey où s’affrontent sans gants l’un des boutefeux du parti SOUMANA SANDA et plusieurs de ses compagnons pour le contrôle du bateau ivre qui est en train de s’abimer faute de leader.

Ces querelles se sont exacerbées ces derniers temps avec l’annonce de son retour. C’est pour cette raison que le Coordinateur du Moden FA Lumana de la région de Niamey a entrepris une tournée au niveau des différentes sous-sections et comités de bases afin de ramener la sérénité au sein de la coordination et pouvoir consolider ses acquis pour une éventuelle candidature lors du prochain congrès du parti puisque la carte Hama Amadou etant judiciairement disqualifiée.

Ainsi, plusieurs jeunes alliés à SOUMANA SANDA ont clairement affiché leurs intentions de faire volteface pour choisir enfin un leader capable de  combler le vide laissé depuis par l’exilé parisien dont la pyromanie et la lâcheté ont été longtemps décriées par un confrère de la place. Les jeunes de Lumana FA ont compris que  la politique n’est pas une religion et un leader n’est pas non plus un messie, il faut donc donner la chance à un autre jeune pour l’émergence du parti dans l’unité et avec des valeurs républicaines pour un Niger uni et prospère.

Aujourd’hui, la crise qui sévit au sein de cette formation politique qu’est le parti MODEN FA LUMANA démontre que ce parti n’est ni plus ni moins qu’un ramassis d’aventuriers de grand chemin dont la vision politique n’est nullement de servir le Niger mais de troubler par  tous les moyens la paix et la stabilité politique instaurées depuis l’avènement  de la 7ème république.

En vérité l’attitude et le comportement du sieur Hama amadou devant les adversités qui jalonnent le parcours des grands hommes politiques sont à tous égards impardonnables à l’heure où même sa femme a purgé courageusement sa peine. Le malaise qui est perceptible au sein de ce parti relève éloquemment l’égoïsme et l’égocentrisme de ce personnage qui aurait dû tirer à temps toutes les conséquences de ses ennuis judiciaires en cédant sa place à un homme plus valeureux que lui. Mais, aujourd’hui les jeunes du parti Lumana ont compris qu’il faut changer, en tout état de cause les prochains jours nous édifieront davantage sur cette crise.

 

À propos de l'Auteur SOURCE: LE TEMPS N-110

 

Les choix pertinents du ministre de la défense nationale KALLA MOUTARI : A PROPOS DE L’installation des bases étrangères le président du PNDS BAZOUM MOHAMED affirme qu’il n’y point d’aliénation de la souveraineté nationale !

Tamtaminfo - 17/01/2018

A l’occasion de l’anniversaire du PNDS TARAYYA, le président du parti le ministre BAZOUM MOHAMED a profité de la circonstance pour démentir les informations savamment distillées par certains caciques de l’opposition et leurs sous-fifres de la société civile au sujet de la mutualisation des forces pour combattre les terroristes qu’ils ont cru devoir interpréter comme une aliénation d’une partie de notre souveraineté nationale au  profit des puissances étrangères.

C’est qui est véritablement faux car on a beau ne pas aimer les actions du Président de la République ISSOUFOU MAHAMADOU, force est de lui reconnaitre qu’il a su faire de notre pays, un ilot de stabilité dans un sahel tourmenté par les terroristes.

Réalisant vite et très tôt que notre pays à lui seul n’a point les capacités  et les moyens militaires pour  faire face à la nébuleuse terroriste qui éprouvent des nations plus nanties que la nôtre. C’est cette vision du Président de la République que le ministre de la défense nationale KALLA MOUTARI, avec son art consommé de la diplomatie et  son  sens inné de l’efficacité, est entrain de traduire en mobilisant les forces étrangères mieux dotées que nous  afin qu’elles nous apportent leurs expertises et leurs expériences pour combattre ce fléau.

D’où toute  la pertinence de leurs installations dans notre pays qui ne requiert point la consultation de l’assemblée nationale comme l’exige la signature des accords de défense qui doivent être absolument ratifiés par la représentation  avec  des modalités bien définies.

Au lieu de critiquer cette nécessaire présence des militaires étrangers au Niger, qui aujourd’hui les résultats sont tangibles vu la réduction assez considérable des attaques terroristes en 2017,  l’opposition ferait mieux de s’en féliciter car en plus de participer à la sécurisation de notre territoire, l’installation de ces bases ouvre des opportunités d’emplois aux nigériens et même commerciales  pour leur ravitaillement en vivres et autres denrées. En tout état de cause ces forces ne sont pas au Niger pour protéger le régime qui est démocratiquement plébiscité par les Nigériens !

À propos de l'Auteur Source: LE TEMPS N-110

This RSS feed URL is deprecated

Google Actualités - 02/01/2018
This RSS feed URL is deprecated, please update. New URLs can be found in the footers at https://news.google.com/news

Niger: renforcement de l'armée face aux djihadistes - BBC Afrique

Google Actualités - 01/01/2018

BBC Afrique

Niger: renforcement de l'armée face aux djihadistes
BBC Afrique
Le président du Niger Mahamadou Issoufou a promis de renforcer son armée en 2018 pour faire face aux attaques récurrentes des groupes djihadistes. "En 2017, nous avons été confrontés aux menaces que font peser sur notre pays les organisations ...
Niger: le président Issoufou promet de renforcer son armée face aux ...lalibre.be
Niger : les vœux 2018 du Président Mahamadou IssoufouAgence Ecofin
Niger: Vœux de nouvel an, Mahamadou Issoufou promet une armée ...Koaci
Journal du Cameroun.com -Maghreb Emergent
5 autres articles »

Niger : manifestation à Niamey contre la loi de finances 2018 - RFI

Google Actualités - 31/12/2017

RFI

Niger : manifestation à Niamey contre la loi de finances 2018
RFI
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce 31 décembre 2017 dans la capitale nigérienne Niamey contre la loi de finances 2018 qu'elles jugent « antisociale ». Les manifestants ont défilé, à l'appel de deux coalitions politiques de l'opposition ...

Niger : manifestation contre contre la loi des finances jugée ... - Jeune Afrique

Google Actualités - 31/12/2017

Jeune Afrique

Niger : manifestation contre contre la loi des finances jugée ...
Jeune Afrique
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dimanche à Niamey contre la loi de finances 2018 qu'elles jugent "antisociale", a constaté un journaliste de l'AFP.

et plus encore »
Syndiquer le contenu