La France en guerre au Mali, ou le retour de l’Afrique Occidentale Française

Par Abdoul-Aziz SAÏDOU

La situation de crise au Mali se maintient et connaît ces jours-ci une évolution pour le moins inattendue. Pendant que les forces armées africaines se préparent, en toute légitimité, mais peut-être en toute prudence et mesure, à s’assumer sur le terrain du défi qui est le leur au Nord du Mali, la grande surprise (qui n’en est pas vraiment une), est la soudaine et brusque intervention armée de la France. Sans mandat légitime autre que la requête d’un gouvernement malien qui lui-même jouit d’une légitimité républicaine contestée, et au nom d’une prétendue volonté d’aider « un pays ami » (?). Pourtant, la France avait elle-même déclaré, auparavant, qu’elle n’aura d’intervention que logistique, et cela en soutien aux forces africaines. Le soutien logistique s’est transformé en combat lourd, aérien et terrestre, en première ligne, et avec un zèle et un auto-démenti qui cache à peine la précipitation et la prétention impérialiste.

Crise sociale, religieuse et sécuritaire en zone sahélo-saharienne: comprendre la subtilité des enjeux et éviter une guerre à l’issue incertaine pour le Mali et le Niger

Le nord du Mali est occupé par différents groupes rebelles depuis déjà plusieurs mois. Ces groupes, structurés en deux grandes catégories, mettent en avant des revendications politico-religieuses (pour une part) et des revendications socio-économiques et identitaires (rébellions touarègues). L’explosion de la situation créée mettra en péril à la fois l’Etat du Mali et son voisin immédiat, le Niger, dont la zone nord fait partie de la zone de mouvement et d’influence directe de ces mouvements. Ce texte revient sur les enjeux de ces conflits, à la fois au niveau des Etats les plus concernés directement (Mali et Niger), et au niveau régional et international. Il argumente la nécessité d’une solution interne et souveraine, et dénonce les tentations manipulées vers une guerre dont les conséquences seront durables et destructives pour les pays concernés.

La bonne gouvernance des villes en matière de gestion des déchets urbains

 

Cet article est écrit par MOUSSA DOGO ALI, Bureau d’études stratégiques en gestion et valorisation de déchets en Afrique (Niamey)

"Nous n'endossons pas nécessairement les avis émis par les articles d'origine extérieure à l'association publiés mais nous les publions comme idées pouvant participer à l'avancement des réflexions sur le développement du Niger"


 La version initiale de ce texte a été proposée en prélude au 6e séminaire international des agents et acteurs d’hygiène et d’assainissement tenu du 29 Novembre au 09 Décembre 2011

 

Quelque soit notre statut de résident dans une ville, nous devenons tous responsables de nos déchets ainsi que des échecs de cette ville en matière de politique de leur gestion. Si la ville projette d’asseoir un système visiblement approprié de gestion de ces déchets, il serait judicieux d’aborder les insuffisances capacitaires, organisationnelles, institutionnelles et réglementaires avant de songer à entreprendre des projets onéreux sur la filière. Ceci clarifierait bien les responsabilités de tout un chacun et permettra de bien dimensionner la problématique mais aussi et surtout de sécuriser le potentiel profit de valeurs industrielles et socioéconomiques.

L'intérêt national

Le Président Mahamadou Issoufou, dans son discours d’investiture prononcé le 07 avril 2011, a promis de faire renaitre le Niger. Il a promis de bâtir un Niger démocratique et prospère dans lequel le seul critère de promotion sociale sera le mérite.

Que les Nigériens construisent le Niger

Il y a sans doute de nombreux Nigériens, vivant au Niger, qui sont au chômage et qui aimeraient trouver un emploi pour contribuer à l’effort de construction nationale. Mais il y a également beaucoup de Nigériens de la diaspora qui se demandent comment partager leur expérience internationale, comment mettre leurs compétences au service de la mère patrie.

Ouvriers qualifiés, entrepreneurs, Ingénieurs, Gestionnaires, médecins, la diaspora nigérienne regorge de nombreux talents et de multiples compétences aussi diverses que pointues.

Invitation à la conférence-débat sur la sécurité alimentaire au Niger

Espoir contre sécheresse

Dans le cadre des ses activités de réflexion  et de  propositions pour le développement socioéconomique du Niger, l’Association Cri de Cigogne  (CDC) organise une conférence à Niamey sur le thème :

 

« Sécurité alimentaire au Niger : Mieux exploiter la diversité adaptative des variétés de mil pour contrer l’effet des variations climatiques  » 

 

La conférence se déroulera ce Samedi  07 avril de 9h00 à 11h dans la salle de conférence de l’Ecole des Mines de l’Industrie et de la Géologie (EMIG) et sera animée par Dr Abdoul-Aziz SAÏDOU

L’Association Cri de Cigogne  (CDC) invite les spécialistes, les  organisations paysannes et tous ceux qui sont intéressés par le thème à venir enrichir les échanges.

Syndiquer le contenu