Invitation à la conférence-débat sur la sécurité alimentaire au Niger

Espoir contre sécheresse

Dans le cadre des ses activités de réflexion  et de  propositions pour le développement socioéconomique du Niger, l’Association Cri de Cigogne  (CDC) organise une conférence à Niamey sur le thème :

 

« Sécurité alimentaire au Niger : Mieux exploiter la diversité adaptative des variétés de mil pour contrer l’effet des variations climatiques  » 

 

La conférence se déroulera ce Samedi  07 avril de 9h00 à 11h dans la salle de conférence de l’Ecole des Mines de l’Industrie et de la Géologie (EMIG) et sera animée par Dr Abdoul-Aziz SAÏDOU

L’Association Cri de Cigogne  (CDC) invite les spécialistes, les  organisations paysannes et tous ceux qui sont intéressés par le thème à venir enrichir les échanges.

Réchauffement climatique : une menace à l’horizon pour le Niger et l’ensemble des pays du Sahel

Cet article est écrit par M. KIZAMOU DIORI Abdou, Ingénieur hydraulicien et hydrogéologue, Rabat (Maroc).

 

Terre planète bleue

Le Sahel est désigné ici comme le domaine saharien et la bande de savane au Sud qui marque la transition vers ce domaine saharien. Il rassemble les pays situés immédiatement au Sud du Sahara. Il s'étend de l'Atlantique au Sud du Soudan. Ce domaine, connu pour son aridité (courte saison des pluies) est en proie depuis plusieurs années à une sécheresse et à une forte désertification.

 

Le Niger, situé en plein cœur du Sahel, est l’un des pays les plus menacés par le réchauffement climatique. Le lecteur trouvera ici une explication assez simplifiée du réchauffement climatique, comment nous menace-t-il et quels sont les moyens à notre portée pour atténuer ses effets.

 

Le réchauffement climatique dont on parle tant, veut dire augmentation de la température ambiante par des facteurs purement anthropiques. Comment cela se passe t-il ?

Agir pour juguler la crise alimentaire au Niger

Espoir contre sécheresse

Ceci est une campagne de Cri de Cigogne contre la crise alimentaire que traverse le Niger. C'est aussi un appel à mobilisation auprès de toutes les bonnes volontés.

 

Cette année encore la saison pluvieuse n’a pas été assez bonne pour permettre aux nigériens de couvrir l’essentiel de leur besoin alimentaire. Le pays accuse un déficit céréalier de plus de 500 000 tonnes, soit environ 14% de ses besoins annuels ; le bilan est négatif sur le plan pastoral également.

En conséquence de cette campagne agricole une fois de plus désastreuse, une situation alimentaire difficile se profile au Niger. En témoignent les signaux d’alarme lancés par le gouvernement nigérien, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et l’ONU entre autres.

Les données officielles sur l’ampleur et la répartition géographique des déficits alimentaire, pastoral et hydraulique ainsi que les actions curatives envisagées sont résumées ici.

Nous estimons que cette situation nous interpelle tous en tant que citoyens, et engage chacun de nous à l’action.

Conférence Exploitation pétrolière au Niger : enjeux et perspectives - Supports de présentation

Raffinerie

Le samedi 18 février 2012, Cri de Cigogne a organisé en collaboration avec ANIF une conférence-débat sur le thème :

Exploitation du pétrole au Niger

Enjeux et perspectives

Cette conférence a été l'occasion de partager et prolonger les résultats de l'étude menée par CDC sur les enjeux de l’exploitation pétrolière au Niger en décembre 2011.

 

Vous trouverez ci-dessous les supports de présentation de cette conférence-débat.

 

  • 1ère partie :

Exploitation du pétrole au Niger - Enjeux et perspectives : Quelle politique énergétique ?

 

  • 2ème partie :

Exploitation du pétrole au Niger - Enjeux et perspectives : Analyse macroéconomique

 

 

L’option électronucléaire est-elle vraiment pertinente pour le Niger ?

Cet article est écrit par BOUBACAR Paté, BAC+5 Hydraulique et Environnement, Sherbrooke (Canada).

 

   Désormais, c’est clair. Le Niger a vraiment l’intention d’aller de l’avant avec le nucléaire civil. Certes, le président Mahamadou Issoufou l’avait déjà évoqué à    l’occasion de la cérémonie d’ouverture du Forum international francophone ‘’jeunesse et emplois verts’’ qui s’est tenu à Niamey, le 16 janvier dernier. Il l’a réitéré le mardi 7 février, à Saint-Étienne en France, lors d’une intervention à l’occasion du Forum francophone préparatoire à Rio+ 20. Le Président a aussi tout de même précisé que la réalisation de cet objectif devrait se faire dans le cadre d’une coopération ouest-africaine, c’est-à-dire sous tutelle de la CEDEAO. En réalité, il faut reconnaître que cette position des autorités nigériennes n’est pas vraiment nouvelle. En effet, le 18 mars 2011, Mme Djibo Salamatou Gourouza Magagi, l’ancienne ministre des mines de la transition militaire, avait déjà révélé que le Niger « a informé l'Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de son intention de lancer un programme électronucléaire» (1). Malgré tout, il faut espérer que la décision n’est pas encore définitive. Conséquemment, il est raisonnable de penser que la porte n’est donc pas complètement fermée aux objections et aux questionnements sur la pertinence d’une telle option énergétique pour le Niger.

 

À cet effet, il s’agit de se pencher sur deux aspects qui sont fréquemment abordés lorsque le nucléaire civil est évoqué, en prenant la peine de les placer dans un contexte nigérien. À cause de son statut de producteur d’uranium, si une centrale nucléaire devait voir le jour dans le cadre de la CEDEAO, il est logique qu’elle soit installée au Niger. Les questionnements porteront dans un premier temps sur la dénomination d’énergie propre qui est si souvent attribuée au nucléaire civil. Dans un deuxième temps, son présupposé faible coût sera abordé. Enfin, dans un troisième temps, l’accent sera très brièvement mis sur l’existence d’une alternative énergétique crédible.

Invitation à la conférence Exploitation pétrolière au Niger : enjeux et perspectives

Raffinerie

Le 28 Novembre 2011, notre pays, le Niger, fêtait son entrée parmi les pays producteurs de pétrole. Cette nouvelle opportunité a légitimement créé chez les nigériens des attentes d’une baisse significative du prix des produits pétroliers sur le marché national.

Les prix communiqués par les autorités de la 7e République ont été très froidement accueillis par les nigériens. Et malgré les explications données par le Ministre du pétrole, à l’occasion de sa conférence de presse du 16 novembre 2011, l’incompréhension des nigériens persiste toujours.

C’est dans ce contexte que le groupe de réflexion Cri De Cigogne (CDC) a mené une étude sur les enjeux de l’exploitation pétrolière au Niger dont le rapport est disponible à cette adresse : http://www.cridecigogne.org/content/exploitation-petroliere-au-niger-com...

Pour partager les résultats de cette étude et échanger avec les nigériens de la région parisienne, CDC organise une conférence le samedi 18 Février 2012 de 14h30 à 17h, en collaboration avec l’Association des Nigériens en Ile de France (ANIF).

La conférence se tiendra à la maison des associations du 18ième arrondissement de Paris, sis au : 15, Passage Ramey 75018 Paris.

Nous serons  honorés de vous compter parmi nos invités et vous remercions d’avance.

Syndiquer le contenu