Informations en continu

MESSAGE A LA NATION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT SEM. MOHAMED BAZOUM: « Notre système éducatif a besoin d’être repensé, et il le sera »

Tamtaminfo - il y a 3 heures 13 min

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE Mohamed Bazoum a prononcé hier le traditionnel message à la Nation, à l’occasion de la commémoration du 61ème anniversaire de l’accession de notre pays à son indépendance.

Le Président Bazoum après avoir rendu un hommage mérité à son prédécesseur Issoufou Mahamadou, principal artisan de la 1ère alternance démocratique dans notre pays, un geste qui traduit « son profond attachement aux intérêts de son pays ainsi que sa foi dans les valeurs de la démocratie », s’est appesanti sur plusieurs questions d’intérêt national, entre autres la gouvernance, l’éducation, les défis sécuritaires et la lutte implacable contre la corruption, la concussion des agents de l’Etat, le détournement des deniers publics, les pratiques de sur facturation dans l’exécution des marchés publics, les fraudes et les injustices dans l’organisation des examens et concours ou dans les recrutements des agents de l’Etat et des sociétés publiques.  

Sur les questions sécuritaires, le Président Bazoum a réaffirmé toute son admiration pour « Nos forces de défense et de sécurité qui ont été sollicitées jour et nuit et ce sur tous les fronts. Partout, elles se sont comportées avec dignité et ont fait preuve de compétence remarquable. Je voudrais leur rendre un vibrant hommage. Je pense en particulier aux batailles héroïques qu’elles ont livrées à Diffa, à Bosso et à Tchomabangou. La compétence qu’elles ont accumulée à force d’âpres épreuves nous a permis de créer un rapport de force favorable au point où les hordes criminelles embrigadées dans l’EIGS sont désormais réduites à une seule recette consistant dans les tueries en masse de populations civiles paisibles et innocentes, comme ce fut le cas à Bakorat, Intazayène, Tchomabangou, Zaroumdarey, Deye Koukou, Wiyé, Zibane et j’en passe ».

Le Chef de l’Etat a aussi évoqué le retour dans leurs villages respectifs de toutes les populations déplacées internes de l’Anzourou, de Fantio et des environs de Banibangou dans la région de Tillaberi ; le plan de retour des déplacés de tous les 300 villages désaffectés dans la Région de Diffa.

« Nous avons d’ores et déjà mis en exécution la première phase de ce plan ayant concerné 19 villages dont le village emblématique de Baroua par lequel l’opération avait commencé. Je suis très heureux de savoir que ces populations ont réinvesti leurs champs, celles de Baroua s’apprêtant même à reprendre la pêche ».

S’agissant de la promotion de la bonne gouvernance, le Président Bazoum a rappelé l’instauration d’un dialogue social constructif avec les organisations syndicales, les associations de la société civile et les acteurs des secteurs économiques pour faire le point de nos préoccupations communes sur la marche de notre pays.

Il a également réitéré « son engagement à renforcer la lutte contre la corruption et la concussion des agents de l’Etat, le détournement des deniers publics, les pratiques de sur facturation dans l’exécution des marchés publics, les fraudes et les injustices dans l’organisation des examens et concours ou dans les recrutements des agents de l’Etat et des sociétés publiques. La pérennisation de l’Etat de droit passe en effet nécessairement par le respect par l’Etat incarné en l’occurrence par le gouvernement des règles qu’il a édictées ».

Concernant l’éducation, le Chef de l’Etat a affirmé que « Notre système éducatif a besoin d’être repensé, et il le sera. Ce sera la traduction du contrat qui me lie au peuple nigérien. Des réformes ont été engagées dans ce secteur.

« A l’issue de ces concertations, des actions ont immédiatement été engagées par le gouvernement en vue de la mise au point d’une grande politique de réforme de notre système éducatif.

Cette réforme vise surtout à repenser notre politique de formation des enseignants et des encadreurs en relevant d’une part le niveau à partir duquel seront orientés les élèves destinés à l’enseignement et à mettre d’autre part une rigueur toute particulière dans cette formation.

Des mesures incitatives spéciales seront mises en œuvre pour favoriser le recrutement des professeurs dans les disciplines scientifiques dont nos établissements manquent cruellement, ce qui explique en grande partie les contreperformances de nos élèves.

Des internats pour jeunes filles seront construits en vue de garder les filles le plus longtemps possible dans le système éducatif et leur donner de réelles chances de promotion sociale.

Notre système de formation professionnelle sera rationalisé pour lui permettre de produire les cadres techniques si indispensables pour notre économie.

Concernant l’enseignement supérieur je compte entre autres actions faire en sorte que d’ici la fin de l’année 2023 nous puissions satisfaire tous les besoins de nos universités en enseignants-chercheurs ».

En conclusion le Président de la République a invité ses compatriotes à se faire vacciner, et à respecter les consignes sanitaires pour éviter cette maladie de la covid-19, avec notamment l’apparition du très dangereux variant delta.

Il les a aussi invités à accompagner le Gouvernement dans des actions de plantation d’arbres et de reboisement. « Cette année, l’opération a pour thème : « valorisons le moringa pour améliorer l’économie locale ». La production, la transformation, la consommation et la commercialisation des produits moringa par les communautés locales et les organisations de producteurs est quelque chose que nous encourageons du fait de son impact dans l’amélioration de l’offre alimentaire dans notre pays ».

« A toutes et à tous, je tiens à vous réaffirmer ma foi et ma détermination pour la réalisation d’un Niger stable et prospère, résolument engagé dans la satisfaction des aspirations profondes de notre peuple » a-t-il dit.

Par Tamtam info News.

IN MEMORIAM: « La femme est le rayon de la lumière divine…Elle est Créatrice, faudrait-il dire. Ce n’est pas une Créature. » (Djalal al-Din al-Rumi 1207- 1273) Merci Docteure Aissata Kané Moumouni ! Merci !

Tamtaminfo - il y a 3 heures 21 min

40 jours déjà que tu nous as quittés ! Qu’il tourne vite le chrono ! Il semble qu’il en est ainsi quand s’approche l’échéance, le rendez-vous inévitable redouté par tous ! Tu es en effet partie, ce 21 juin 2021, comme tu as vécu, c’est à dire dans la plus parfaite discrétion, celle qui caractérise les scientifiques de ton niveau, peu portés sur les choses de la vie.

Dès lors, que pouvait faire d’autre, le frère cadet du Président BARE (Paix à son âme !), que rendre un hommage plus que mérité, à toi qui lui auras offert, en tant que première femme nigérienne, Ministre d’Etat chargée de l’Education Nationale, la LOSEN ou Loi d’Orientation du Système Educatif National, la plus grande réalisation de son bref passage à la tête de l’Etat ? Cette loi, encore en vigueur aujourd’hui, 23 ans après sa disparition, qui aura fait, de l’avis de tous, sa fierté et celui de sa descendance, cette loi. Qui d’autre pouvait concocter une telle loi, de loin, la plus prospective de l’ère démocratique, dans un laps de temps aussi court et la vendre aux syndicalistes teigneux du Niger, si ce n’est l’une des éducatrices la plus respectée dans notre pays, que tu étais, et l’épouse d’un des plus grands scientifiques respectés d’Afrique, qui plus est, ancien président de la FEANF ?

Ta thèse de Doctorat en mathématiques soutenue, dès 1983 intitulée, « Étude de quelques problèmes pédagogiques et linguistiques concernant l’enseignement des mathématiques au Niger (Université Paris 7), te prédisposait à un tel exercice. L’estime réciproque et le capital de confiance acquis lorsque, onze années plus tôt, en 1987, tu avais été Secrétaire d’Etat à la Santé Publique et aux Affaires Sociales, chargée de la Condition Féminine, tandis que le Président BARE en était le Ministre titulaire, ont fait le reste. Est-ce pour toutes ces raisons qu’au moment prendre sa décision, le 26 novembre 1997, jusqu’à la dernière heure, il tenait à faire de toi, la toute première (et unique) femme premier ministre au Niger (à l’époque de toute l’Afrique de l’Ouest) ? Je m’en souviens, comme si c’était hier, seules, certaines pesanteurs sociales l’en avaient dissuadé.

Du reste, pour toutes ces raisons, avais-je le droit de me taire dans une telle circonstance ?

J’écris donc pour ma grande sœur Aissata Kané Moumouni, ce, sans courir le moindre risque, puisque la considération que je tiens à te manifester, s’inscrit dans la droite ligne de  » l’hommage rendu à une vie tenue pour irréprochable « , selon les mots d’Henri-Frédéric Amiel.

Puisque « l’art d’écrire correctement est inséparable de l’art de parler correctement. « (Quintilien), je me permets de prendre le risque de te rendre cet hommage par l’écriture en espérant rester dans le juste.

J’écris également sans risque d’être démenti, en affirmant que, toute ta vie durant, tu as été guidée par la même célèbre devise que le Professeur Abdou Moumouni Dioffo (Paix à son âme !) qui t’a précédé dans l’au-delà, trois décennies auparavant, à savoir, « Aime (M), Souffre (S), Potasse (KOH ». En effet, dès l’annonce de ta disparition, le mois dernier, je me suis rappelé les mots exacts prononcés lors d’une allocution prononcée à Niamey, le 5 mai 1988 à l’occasion de la présentation officielle du diplôme et de la médaille d’or qui lui avait été décernée par l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle : « Quand j’étais en maths spéciales à Paris, il y avait une devise encadrée de façon permanente au tableau  A. S. KOH qui, traduit du jargon qui était le nôtre, signifiait : « Aime (M), Souffre (S), Potasse (KOH), (ce dernier terme désignant la formule de l’hydroxyde de potassium). L’amour est évidemment une composante de la vie d’un homme ; de même, la souffrance et le travail (potasser signifie travailler). » (Salamatou Doudou, in Biographie du Professeur A. M. D.). C’est dire que vous vous êtes aimés, vous avez souffert ensemble, tous les deux, et vous avez potassé tous les deux. Pour vous faire une place au soleil. Pour faire du Niger, votre pays, une place au soleil, par le soleil, la ressource dont il est le plus doté au monde, 12 h sur 24, 7 jours sur 7, 365 jours sur 365.

Le Professeur Abdou Moumouni Dioffo, né un mois de juin 1929 à Tessaoua (Niger), premier agrégé de sciences physiques de l’Afrique francophone, fut l’un des plus grands spécialistes des énergies alternatives reviendra sur ses pas à Tessaoua pour scelleruncontrat à vie avec la mathématicienne Emérite du Niger que tu as été. Quoi de plus normal ? On pouvait pour ainsi dire, sans aucun risque de se tromper, que le Professeur avait trouvé chaussure à ses pieds. Et pour cause, quel homme est devenu grand sans être épaulé dans son ascension, par une grande Dame ! L’adage ne propose-t-il pas que « derrière chaque grand homme se cache une grande Dame » ? Le fameux adage se vérifiera une fois de plus avec votre union. Amoureux du soleil, cette boule constituée d’hélium et d’hydrogène, sans laquelle, toute vie serait impossible sur terre, à laquelle il aura consacré toute sa vie professionnelle et ses recherches, tu étais, à ses côtés, condamnée à adorer le soleil et ses vertus. Si les autorités successives de notre pays l’avaient bien compris, le Niger aurait vécu de son soleil, aurait exporté l’énergie pendant les milliards d’années que durera sa vie d’ici son extinction. Avec ses recherches et son projet de Centrale Solaire à Concentration (CSP), plus que compétitif dans la production d’énergie, notre pays le Niger, le plus ensoleillé du monde, en vertu de la thèse Ricardienne de l’avantage comparatif de la spécialisation qui devait régir le commerce international, aurait depuis longtemps escaladé, au moins deux paliers sur les cinq constituants la Pyramide des besoins de Maslow. Au coût plus que compétitif de l’énergie solaire par concentration en son temps dans la sous-région et des grands pays voisins,  la loi des débouchés de l’Economiste Jean Baptiste Say allait faire le reste. Notre soleil s’exportant, on y vivrait bien au Niger, puisque l’eau, facteur limitant de notre agriculture et de notre élevage, existe en abondance dans notre sous-sol et n’attend depuis fort longtemps que l’énergie pour véritablement assurer notre autosuffisance alimentaire.

Ainsi, en tant que mathématicienne Emérite, tu es pour nous autres une philosophe, une vraie philosophe, ce terme venant du grec ancien philein : « aimer » et de sophia, « sagesse » ou « savoir », et signifie donc littéralement : « l’amour de la sagesse »,… C’est pour cette raison, que sur la porte de l’école de philosophie créée par Platon, l’un des plus éminents philosophes, il avait été inscrit « Nul n’entre ici s’il n’est géomètre » ? Epouser « c’est prendre la forme de », c’est pourquoi, tu avais eu à cœur de  concrétiser votre grand projet éducatif commun, le tien et celui de ta moitié, le Professeur Abdou Moumouni Dioffo, dont tu avais repris le fil conducteur, à savoir, accueillir à l’école toutes et tous, enfants handicapés comme les autres, et faire de la place aux côtés de l’enseignement académique à l’apprentissage et à l’acquisition du savoir par l’expérience, par la pratique.

Je me souviendrais de la toute première fois que j’avais accompagné mon frère et ami, mon professeur de la vie (au sens de Hampâthé Ba, à savoir, ce qui ne s’apprend pas à l’école), Oumarou Ali Beidi, dit Alzouma (Paix à son âme !), pour franchir votre portail, le portail de la maison la plus scientifique du Niger. C’était pour ravir ta nièce Zarra, « pour le meilleur et pour le pire », mais plus pour le meilleur que le pire. Nous nous étions tous les deux préparés, mon ami Alzouma et moi, pour l’occasion, c’est-à-dire au cas où le passage au tableau noir pour des tests de niveau en mathématiques devenait obligatoire, pour détenir le visa d’entrée : équation du 2è degré à deux inconnues, intégrale double, démonstration des séries de Cauchy et ou de Rieman, trigonométrie, programmation linéaire, etc…..Mais fort heureusement, il n’en a rien été….Nos passages au Lycée National, dans des séries scientifiques, puis à l’Université y étaient sans doute pour quelque chose. Nous lui passerons, à ta nièce chérie, la bague au doigt, et seule la mort l’a séparée, il y’a quelques mois de mon frère et ami.

J’ai mesuré la souffrance de tes deux héritières, mes sœurs Amina et Marina, en évoquant les mots de Guy de Maupassant, qui a dit qu’ »On aime sa mère presque sans le savoir, et (qu’) on ne s’aperçoit de toute la profondeur des racines de cet amour qu’au moment de la séparation dernière » ? Et par-delà la souffrance de tes enfants, celle de vos proches à tous les deux, ta moitié et toi, celle de la Nation entière, d’autant plus que, le sage Amadou Hampâté Bâ, dans « l’enfant Peul », l’a dit, « …la mère est considérée comme l’atelier divin où le créateur travaille directement, sans intermédiaire, pour former et mener à maturité une vie nouvelle. C’est pourquoi, en Afrique, la mère est respectée presque à l’égal d’une divinité. » En tant que mère, tu avais, selon les révélations du même Sage, soit deux sens de plus que l’homme qui n’en a que neuf. Une mère, doublée de la première Docteure en maths, fondatrice d’une école, c’est assurément une grosse perte pour le pays. Surtout par ces temps où, depuis près d’une décennie notre pays, le Niger, faute d‘avoir adopté et mis en œuvre ta LOSEN, passe pour le plus grand LOOSER, c’est-à-dire le dernier pays au classement mondial de l’Indice de Développement Humain (IDH) du PNUD. Espérons que ton départ provoquera l’électrochoc salutaire sur les princes qui nous gouvernent pour nous sortir du cauchemar.

Ta vie plus qu’accomplie devrait agir comme un puissant sédatif, pour atténuer l’immense douleur ressentie par ta perte, et celle plus lointaine du plus que regretté Pr Abdou Moumouni Dioffo, qui, fatalement, refait surface, à chaque évocation de la centrale électrique diésel de Gorou Banda, la souffrance ressentie, je suppose par toi-même, de ton vivant, par tous les amoureux de la science que nous sommes, de même par tous les disciples de ton défunt époux, qui a été, restera encore le plus grand scientifique de notre pays, voire, de l’Afrique, ceci, aussi longtemps qu’il n’aura pas un remplaçant à son statut de chercheur Emérite qui fait notre fierté commune. Cette centrale, a été ressentie comme une seconde mort par nous-même, ainsi que ses plus proches disciples, puisque, paraphrasant Winston Churchill, je dirais que « la politique ou la science est plus dangereuse que la guerre… A la guerre, vous ne pouvez être tué qu’une seule fois. En politique, ou dans les sciences, plusieurs fois. » L’inconsolable Docteur Albert Wright, le plus proche disciple et héritier du Pr A.M. DIOFFO, ne me démentira certainement pas !

A tes enfants Amy et Marina, tes frères et sœurs Boukari, Ai dite Oumbou,  Souleymane et Zeinabou,   ta nièce Zarra, ta belle-sœur Malka, ton beau-frère Ibrahim, un ami, ainsi que tous les autres que je n’ai pas pu citer et dont je demande l’indulgence, je présente à nouveau mes très sincères condoléances et leur demande d’être fiers de tes œuvres accomplies sur terre pour le bonheur du peuple Nigérien.

Je partage votre douleur, mais il se trouve que la mort n’a pas de remède. Et « la mort », je ne le répèterais jamais assez, je la perçois, à travers les célèbres mots de Stendhal, « puisqu’elle est inévitable, oublions-la ».

Repose en paix, grande-sœur Aissata Kané Moumouni !

A Niamey le 30 Juillet 2021

Ton petit frère Djibril Baré

Message à la nation du Président de la République SEM. Mohamed Bazoum à l’occasion du 61è anniversaire de l’Indépendance du Niger

Actuniger Politique - 02/08/2021


Message à la nation du Président de la République, chef de l’Etat SEM. Mohamed Bazoum à l’occasion du 61è anniversaire de l’accession du Niger à l’Indépendance.

Nigériennes, Nigériens,

Mes Chers compatriotes,

C’est à moi qu’il revient aujourd’hui l’honneur de m’adresser à vous, à l’occasion de la commémoration du 61ème anniversaire de l’accession de notre pays à son indépendance, sacrifiant en cela à un rituel républicain qui nous est très cher. Je le fais avec d’autant plus d’émotion que bien des mes prédécesseurs devant ce prestigieux micro ne sont plus de ce monde. Je pense à eux tous, en implorant la bénédiction de Dieu en leur faveur.

 {loadposition pub1}

Douanes : cérémonie de distinction de 8 agents du bureau d’Ayerou qui ont activement participé à faire avorter deux opérations de ravitaillement en matériels de terroristes au Mali

Actuniger Société - 02/08/2021


Le ministre des Finances, Dr Ahmed Jidoud, a présidé ce lundi 02 août  2021 à Niamey, la cérémonie de remise de témoignages officiels de satisfaction à huit (8) agents du Bureau des douanes d’Ayerou qui ont fait preuve d’abnégation et de professionnalisme dans l’exercice de leurs fonctions. Grâce à leur vigilance, en effet, deux opérations de ravitaillement des groupes terroristes en matériels ont été avortées en l’espace d’un mois, ce qui conforte les douanes nigériennes dans leur double mission de mobilisation des ressources et de sécurisation du territoire national.

 {loadposition pub1}

Maradi : en visite de travail dans la région, le président Bazoum annonce de nouvelles mesures pour lutter contre le grand banditisme et la criminalité transfrontalière

Actuniger Politique - 02/08/2021

Le Président de la République effectue du 1er au 2 août 2021, une visite de travail dans la région de Maradi, dans le centre-sud du pays. Comme à Diffa pour sa première tournée à l’intérieur, les défis sécuritaires sont au cœur de cette visite au cours de laquelle le chef de l’Etat s’est rendu dans deux localités de la région qui sont confrontées à une amplification des menaces sécuritaires. L’occasion pour le président d’annoncer de nouvelles mesures pour faire face au banditisme et à la criminalité organisée qui affectent cette zone frontalière des états fédérés du centre nord du Nigeria où se multiplient les attaques armées contre les populations, les enlèvements de civils avec demande de rançons ainsi que le vols de bétails.

A la tête d’une importante délégation composée de plusieurs ministres et des hauts responsables des forces de défense et de sécurité, le chef de l’Etat est arrivée dimanche en fin de matinée dans la capitale économique du pays où il a reçu un accueil chaleureux de la part des autorités et des populations de Maradi. Après un bain de foule à l’aéroport de la ville, le président Bazoum et sa délégation se sont rendus au Palais du  sultan de Katsina où ils ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt sultan Ali Zaki décédé il y a quelques semaines. Puis le chef de l’Etat a présidé une réunion du Conseil régional de sécurité qui a été par la suite élargie à une session extraordinaire du Conseil national de sécurité (CNS).

La délégation présidentielle s’est par la suite rendue à Gabi, une commune rurale du département de Madarounfa où il a animé un meeting populaire. Devant les populations sorties massivement pour l’occasion, le Chef de l’Etat a situé l’objet ainsi que les enjeux de sa visite dans cette zone qui fait face à l’amplification des menaces sécuritaires dont la source provient des Etats fédérés du centre-nord du Nigéria dont la région est frontalière. Il s’agit notamment des Etats de Zanfara, Kano, Katsina et Kaduna qui font face à une multiplication des attaques armées contre les populations, des enlèvements de civils avec demande de paiement de rançons ainsi que du vol de bétail. Des menaces qui se sont étendues dans la zone frontalière du Niger notamment dans les départements de Guidan-Roumji et Madarounfa dont des villages comme Dan Kano et Gabi ont été à plusieurs reprises la cible d’attaques de bandits armés et de criminels de tout acabit. Ce qui a provoqué l’arrivée massive de réfugiés nigérians mais aussi un déplacement des populations fuyant les foyers de violences.

« J’étais dans cette même commune il y a trois ans, en qualité de ministre de l’Intérieur chargé de la sécurité publique, c’est le même motif qui m’anime ce jour, trouver la solution aux problèmes qui assaillent les populations du département de Madarounfa en général et de la commune de Gabi en particulier », a souligné le président Bazoum  qui a aussi rappelé que « les recommandations de l’ancien Président de la République Issoufou Mahamadou vous ont apporté du répit en matière de sécurité en son temps, et maintenant le problème ne provient pas de notre territoire d’où sa complexité ». Selon le chef de l’Etat, « si la base du problème se trouve en territoire nigérien, le problème ne nécessitera pas mon déplacement, il serait réglé aisément ». Après avoir rappelé les mesures prises depuis quelques mois par le gouvernement pour ramener la sécurité et la sérénité dans la zone, le Président de la République a annoncé qu’en prélude cette visite à Gabi, il a déjà instruit les autorités afin « de renforcer l’effectif militaire qui est déjà en place pour fermer la frontière, ce qui a permis d’enregistrer des résultats convainquant », selon le Chef de l’Etat.

« Sans sécurité, point de vie, tout est tributaire de la paix et de la sécurité, et les bandits et voleurs qui opèrent sont sans foi ni loi.   Ils sont certes armés mais sans aucune revendication. Et nous allons renforcer la présence militaire dans cette zone, la doter des moyens logistiques importants et de moyens de riposte »

Opération « Faraoutar Bishiya »

De retour dans la ville de Maradi, le Président de la République s’est rendu à la Zone de défense N°6 de Maradi dirigée par le Colonel Major Ibrahim Garba Oumarou et qui est l’une des bases principales des forces spéciales des Forces armées nigériennes (FDS).

Devant les officiers, sous-officiers et hommes de rang des différents corps des FDS (FAN, Gendarmerie, Garde nationale, Douanes, Eaux et Forêts  et Police nationale), le chef de l’Etat a tenu à transmettre les félicitations du gouvernement et la satisfaction pour la bravoure et l’engagement avec lesquels ils mènent l’opération « Farouatar Bishiya » (chasse au hérisson) qui vise comme principal objectif, la sécurisation de la zone frontalière. « Un mois après que je me suis adressé à vos camarades de Diffa, je suis aujourd’hui devant vous pour m’adresser à vous, en vous disant je salue le travail que vous faites. Je vous encourage à poursuivre avec le même sens du devoir, avec la même éthique et avec la même compétence », a déclaré le Président de la République.

 « Je viens de Gabi où j’ai eu l’occasion de rencontrer les représentants des populations, cette zone de la bande frontalière des départements de Madarounfa et de Guidan Roumdji sont en proie depuis quelques années, à une situation d’insécurité qui rend la vie des populations particulièrement pénibles. Les populations que j’ai rencontrées ce matin m’ont exprimé toute l’admiration qu’elles ont pour le travail que vous y effectuez. L’opération actuellement en cours, ‘’Faraoutar Bichiya’’ qui date de quelques mois, est une opération qui a donné des résultats au-delà de ce que les populations elles-mêmes, de leurs propres aveux, pouvaient espérer ».

Le Chef de l’Etat a ajouté qu’il a trouvé « des populations inquiètes certes du fait du potentiel de violence qu’il y a dans cette zone, à cause de la prévalence des comportements des bandits sans foi, ni loi », mais a-t-il ajouté, il a aussi trouvé « des populations soulagées et assez confiantes à cause de la façon, tout à fait remarquable, dont vous vous acquittez de votre tâche. Cette opération est particulièrement difficile parce que les bandits opèrent de nuit, et ce quelle  que soit la saison et en toute circonstance».

« Vous qui êtes dans cette opération, vous êtes sur le qui-vive, jamais sous une ombre, toujours exposés au soleil, aux intempéries de façon générale en mouvement, intervenant ici et là partout où on vous annonce que les populations sont victimes d’attaque, pour leur arracher leurs biens des mains de ces bandits »  a mis en avant le Président Bazoum qui a saisi l’occasion pour dire qu’il est «  revenu avec ce sentiment de fierté qui nous a tous animés, mes collaborateurs et l’ensemble des responsables militaires ». « Je voudrai vous féliciter pour ce travail, vous encourager et vous dire que nous vous sommes reconnaissants, mais vous dire surtout que les populations pour lesquelles vous faites ce travail si difficile, vous sont reconnaissantes », a transmis le Chef de l’Etat aux FDS de la Zone de défense 6 de Maradi.

Ce lundi au second et dernier jour de sa visite, le chef de l’Etat se rendra à Dan Kano, à 55 kms de Maradi dans le département de Guidan-Roumji, où les populations sont aussi confrontées aux mêmes menaces sécuritaires et défis humanitaires.  Au cours du meeting qu’il a animé, le Président Bazoum annoncera d’autres mesures visant à ramener la sécurité dans la zone et surtout à assurer un retour des populations déplacées. « Je viens avec l’appui de tout le peuple nigérien pour vous assurer de notre soutien dans tous les domaines dont en particulier celui de la sécurité. C’est un impératif pour le gouvernement d’assurer la sécurité aux citoyens, et Dan Kano fait partie de cette zone où la sécurité doit être assurée », a assuré le chef de l’Etat aux populations de Dan Kano.

 

 

Ikali Dan Hadiza (actuniger.com)

Syndicate content