Politique laitière

L’or blanc : une carrière inexplorée

LaitSalamatou MOUSSA HAROUNA
Master 2 Marketing/Management des IAA
Montpellier 

Contrairement à l’uranium, l’or blanc n’est pas toxique, ni radioactif. Il se consomme frais ou transformé et ne nécessite pas une foreuse pour être puisé. Il contribue faiblement à la richesse des exportations alors que son exploitation pourrait rehausser le PIB du Niger. Face à la prise de conscience mondiale sur le développement durable, faut-il choisir entre l’uranium, richesse éphémère, et l’or blanc, pur et inépuisable ?

 

Vivre sur un gisement de lait et… mourir de faim !

Nos enfants souffrent de manière endémique de malnutrition. Nous consacrons chaque année un budget toujours plus important à l’importation de produits laitiers. Et pourtant notre imposant cheptel regorge de lait encore inexploité. Alors quand l’Etat va-t-il enfin s’engager dans l’émergence d’une industrie laitière à la hauteur de notre potentiel animalier susceptible non seulement de répondre à notre besoin mais aussi d’aller à la conquête du marché international ?

Syndiquer le contenu