Informations en continu

Don humanitaire : 5.000 tonnes de riz destinées au Niger détournées au Port de Cotonou

Tamtaminfo - il y a 4 heures 51 min

IMAGE D’ILLUSTRATION

5.000 tonnes de riz, du don humanitaire de la République Islamique du Pakistan pour venir en aide aux populations nigériennes en proie à l’insécurité alimentaire, sont détournées au Port de Cotonou en 2016. C’est ce qui ressort d’une enquête minutieuse menée par des journalistes nigériens et béninois les six derniers mois. De quoi s’agit-il ?

Les faits

Le 14 février 2016, 15.000 tonnes de super riz basmati, sous emballage de 50 kg, don du peuple de la République islamique du Pakistan au peuple de la République du Niger, sont arrivées au Port de Cotonou par le navire M.V. Moleson. La cargaison est déchargée et stockée dans deux magasins loués au Port de Cotonou. Sur les 15.000 tonnes de riz, des individus, en complicité avec les autorités nigériennes, ont détourné 5.000 tonnes qu’ils ont vendues à une société basée au Cotonou pour un montant total de 1.150.000.000 fcfa à raison de 230.000 fcfa la tonne.

Ces individus ont fait appel à une société dénommée MZK traders dont le directeur général est un certain Khalid Mahmoud Khan. Probablement un Pakistanais. C’est ce dernier qui a agi pour le compte du gouvernement du Niger à qui il est affublé la boîte postale 13003, qui appartient, en réalité, à un certain Soumana Souna Soufiane, domicilié à Talladjé Est (Niger). C’est du moins l’adresse qu’il a donnée à l’ouverture de la boîte postale.

Conclu le 4 mai 2016, l’accord de vente prend fin le 5 mai du même mois. C’est ce que dit l’article 6 dudit accord. À l’article 2 de l’accord signé entre, d’une part, l’acheteur, la société basée à Cotonou et le vendeur, Khalid Mahmoud Khan agissant pour le compte de l’État du Niger, il est bien spécifié que les 5.000 tonnes de riz que l’acheteur s’engage à acheter sont prélevées dans le don pakistanais.

Les dessous de la vente frauduleuse et la répartition des produits de la vente

Tout s’est passé entre le 4 et le 5 mai 2016. Les 5.000 tonnes de riz ont été vendues, l’acheteur a payé par virement bancaire et a produit les preuves de son paiement et les intermédiaires ont empoché leurs commissions. L’article 5 de l’accord de vente mentionne d’ailleurs que l’acheteur paiera la totalité du montant au moment de la signature qui intervient en même temps que la réception par celui-ci, des documents originaux de la marchandise.

Ainsi, 737.500.000 fcfa ont été payés par virement bancaire dans le compte n°020695010111 de la Banque Sahélo-Saharienne pour l’Investissement et le Commerce (Bsic) de Cotonou appartenant à un certain Sita Mahamadoul Kaïrou. Khalid Mahmoud Khan, l’intermédiaire qui a vendu les 5.000 tonnes de riz agissant pour le compte de l’Etat du Niger, se voit arrosé d’un chèque de 150 millions. Il reste toujours 637.500.000 fcfa qui n’apparaissent nulle part sur les documents recueillis au cours de l’enquête.

Une fiche présentant les montants soustraits du milliard de francs cfa, après le désintéressement de Khalid Mahmoud Khan, fait état de 24.500.000 fcfa et de 38.000.000 fcfa. Le total fait, il reste toujours 200 millions de francs cfa qui se sont évaporés dans la nature.

Les principaux commanditaires identifiés

Aujourd’hui, si les véritables auteurs, commanditaires et complices de ce détournement du don à l’endroit des populations nigériennes ne sont pas tous connus, il est toutefois facile de les identifier rapidement. Le Directeur Général de l’Office des produits vivriers du Niger (OPVN), au nom duquel les 15.000 tonnes de riz ont été acheminées au Port de Cotonou et Sita Mouhamadoul Kaïrou dont le compte bancaire a servi dans la transaction de 737.500.000 fcfa issus de la vente du riz détourné.

A propos de la situation humanitaire au Niger

Chaque année, les Organisations humanitaires estiment à plusieurs millions, les nigériens victimes d’une insécurité alimentaire. Une situation exacerbée, depuis le début des exactions de la secte Boko Haram, par l’arrivée massive de plus de 50.000 réfugiés et retournés du Nigeria. Sans parler de ceux du Mali, dans le nord de Tillabéry.

La situation est tellement critique qu’une mission du Conseil de sécurité des Nations Unies, conduite par le Représentant du Royaume Uni aux Nations Unies, a effectué une visite de 48 heures au Niger. Cette mission a, notamment, relevé que plus de 340.000 personnes vivant dans la région de Diffa, soit près d’une personne sur deux, ont besoin d’assistance humanitaire.

Cette année, note-t-on, 140 millions de dollars US, soit 50% des fonds recherchés pour l’ensemble du pays, sont requis pour répondre aux besoins humanitaires les plus pressants de plus de 326.000 personnes ciblées dans la même région.

Il est urgent, relève-t-on dans un communiqué rendu public par Ocha (Office for the Coordination of Humanitarian Affairs) Niger, d’agir ici et maintenant pour, non seulement, soutenir les opérations humanitaires, mais aussi et surtout bâtir la résilience des populations…afin de restaurer l’espoir et construire un avenir meilleur pour Diffa, le Niger et le bassin du lac Tchad.

 

À propos de l'Auteur Ignace SOSSOU (béninwebtv)

Un don humanitaire en faveur du Niger détourné au Bénin ... - africanews

Google Actualités - 24/04/2017

africanews

Un don humanitaire en faveur du Niger détourné au Bénin ...
africanews
La presse béninoise et nigérienne fait écho ce lundi d'un important don à destination du Niger détourné au port de Cotonou, la capitale béninoise.
Don humanitaire : 5.000 tonnes de riz destinées au Niger ...BENIN WEB TV

2 autres articles »

Niger : Niamey ne veut pas céder dans l'affaire Africard ... - Jeune Afrique

Google Actualités - 24/04/2017

Jeune Afrique

Niger : Niamey ne veut pas céder dans l'affaire Africard ...
Jeune Afrique
Alors que la justice française a accordé la dernière manche à Africard, Niamey ne cède pas et espère toujours remporter la partie et éviter de payer les millions ...

et plus encore »

Niger : Niamey ne veut pas céder dans l'affaire Africard

Jeune Afrique Niger - 24/04/2017

Alors que la justice française a accordé la dernière manche à Africard, Niamey ne cède pas et espère toujours remporter la partie et éviter de payer les millions d'euros réclamés par la société de production de documents biométriques.

Cet article Niger : Niamey ne veut pas céder dans l’affaire Africard est apparu en premier sur JeuneAfrique.com.

Le Niger, 33ème pays le plus attractif pour les investisseurs ... - Niamey et les 2 jours

Google Actualités - 24/04/2017

Niamey et les 2 jours

Le Niger, 33ème pays le plus attractif pour les investisseurs ...
Niamey et les 2 jours
(Niamey et les 2 jours) - Le Niger est le 33ème pays le plus attractif pour les investisseurs sur le continent, selon le cabinet de recherche Quantum Global ...

et plus encore »

Niger : la méningite et l'hépatite E font au moins 175 morts - Afrik.com

Google Actualités - 24/04/2017

Afrik.com

Niger : la méningite et l'hépatite E font au moins 175 morts
Afrik.com
Au moins 175 personnes ont perdu la vie au Niger, suite aux maladies de méningite et d'hépatite E. C'est ce qu'a annoncé Anadolu qui cite des sources humanitaires et officielles. La méningite est une inflammation des méninges, alors que l'hépatite E ...

Perspectives heureuses pour l’Or noir nigérien !

Tamtaminfo - 24/04/2017

Cinq grandes découvertes, et d’autres de moindre importance, de l’ordre de 200 Millions de barils, ont été réalisées au cours de la deuxième partie de l’année 2016. Ces découvertes concernent la partie sud du bloc d’Agadem.  Cette bonne nouvelle a été annoncée pendant le dernier Comité de Gestion de la CNPC. Nos sources indiquent que les Chinois de CNPC, convaincues des promesses fortes, vont intensifier les forages.

C’est donc de très bonnes nouvelles pour le Ministère du Pétrole devant ces perspectives reluisantes. On nous signale d’ailleurs que bientôt, débutera l’exportation du pétrole nigérien vers la raffinerie de Kaduna (nord du Nigeria), par camions. On évoque l’exportation de 5.000 barils par jour tout d’abord avant de passer à une cadence de 10.000 barils par jour, progressivement.

Le Ministre du Pétrole, Foumakoye Gado séjourne très fréquemment ces dernières semaines au Nigeria où il multiplie les discussions avec son homologue nigérian et les responsables de la compagnie nationale du pétrole la NNPC, sur ce dossier ainsi que celui de la construction d’un nouveau pipeline entre les deux pays. Cela selon la volonté et les instructions des deux Chefs d’Etats Issoufou Mahamadou et Muhammadu Buhari, soucieux de leur aboutissement pour le bénéfice mutuel des deux pays.

Ce projet est très important pour le Niger vu les emplois qui seront créés et les retombées fiscales importantes qu’il engendrera.

Dautre part, on apprend aussi que les Algériens de SONATRACH et les Britanniques de SAVANNAH PETROLEUM, eux aussi présents au Niger, vont également commencer leur campagne de forage bientôt. Les premiers dans leur bloc de Kafra au nord sur la frontière de l’Algérie et les seconds dans l’Agadem.

Une succession de bonnes nouvelles pour le pétrole Nigérien qui se défend plutôt bien en dépit d’un contexte international morose, marqué par la raréfaction des investissements sinon leur absence.

De bonne augure pour des lendemains décidément promoteurs.

À propos de l'Auteur Namalka Bozari (Web Contributeur) Tamtam Info News

Journée Nationale de la Concorde : Nouhou Mahamadou Arzika appelle à la cohésion des Nigériens

Tamtaminfo - 24/04/2017

Acteur de la Société Civile, M. Nouhou Mahamadou Arzika

L’institution dans notre pays de la Journée Nationale de la Concorde, le 24 avril de chaque année, est une décision très salutaire en ce qu’elle constitue une occasion unique annuelle pour permettre chaque année à tous les citoyens de réfléchir ensemble sur les grandes préoccupations nationales relative à la paix, à l’unité, à la fraternité, à la cohésion, à la solidarité et à la concorde nationale.

C’est un moment idéal pour amener chaque nigérien à prendre conscience des enjeux de sa responsabilité citoyenne dans l’œuvre de construction de la Nation dans un esprit de concorde nationale. Les actions de toutes natures à entreprendre à tous les niveaux et par tous doivent concourir à la consolidation de la paix, de l’unité et de la fraternité ainsi qu’à promouvoir la concorde nationale.

C’est dans cet esprit et dans ce cadre que notre structure apporte sa contribution citoyenne à l’œuvre de promotion de la concorde nationale et de la citoyenneté responsable.

C’est pourquoi, nous invitons tous les citoyens à plancher sur la problématique de la concorde nationale sous l’angle de l’analyse des facteurs et des déterminants, qui sont sources de menaces à la concorde, à la paix, à l’unité et à la cohésion sociale dans notre pays.

Les facteurs et les déterminants, qui constituent les vraies sources de menaces à la concorde, sont entre autres : la persistance de la mauvaise gouvernance, l’impunité, la corruption, l’enrichissement illicite, la concussion, le passe-droit, les détournements des deniers publics, la répartition inequitable des fruits de la croissance, le désœuvrement de la jeunesse, les injustices diverses, les frustrations multiples,l’exclusion systématique, les discriminations multiformes, le népotisme, le favoritisme, les abus de pouvoirs, l’arrogance, le mépris, etc.

Sans être exhaustif, on peut dire que de tels facteurs sont du genre à susciter des frustrations de tous genres, qui peuvent déboucher sur des actes de désespoir attentatoires aux fondements de base de la vie en république dans la concorde, la fraternité, la paix et la cohésion sociale.

A l’occasion de cette édition 2017 de la Journée Nationale de la Concorde, nous lançons un vibrant appel citoyen et patriotique à toutes et à tous pour une mobilisation sans précédente et une prise de conscience de tous et de chacun pour bannir à jamais les facteurs et les déterminants, qui sont des sources de menaces réelles à la concorde et à l’unité nationales pour renforcer davantage la fraternité et la solidarité entre l’ensemble des fils et filles de notre pays sans aucune discrimination d’aucune sorte.

Vive l’unité nationale;

Vive la fraternité solidaire;

Vive la République du Niger;

Une et Indivisible, Démocratique et Sociale ;

Vive le MPCR;

La Patrie ou la Mort, nous vaincrons .

À propos de l'Auteur Pour le MPCR, Le Président Nouhou Mahamadou ARZIKA

PRÉSIDENTIELLE FRANÇAISE: UN DUEL ENTRE EMMANUEL MACRON ET MARINE LE PEN AU DEUXIÈME TOUR

Tamtaminfo - 24/04/2017

Studio Graphique FMM/AFP

Après des semaines de campagne, c’est le grand jour : 47 millions de Français ont fait leur choix lors du premier tour de l’élection présidentielle.

L’essentiel de l’information :

  • Emmanuel Macron et Marine Le Pen au second tour

Les résultats sont tombés sous le coup de 20h : le deuxième tour de l’élection se jouera entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Selon TF1, les deux candidats sont à égalité avec 23% des voix. La chaîne privée donne Mélenchon et Fillon à égalité avec 19%. Le socialiste Benoît Hamon récolte 7% des voix. France 2 crédite le candidat d’En Marche à 23,7% contre 21,7% à la présidente du Front National. Suivent Jean-Luc Mélenchon (19,5%), François Fillon (19,5% lui aussi) et Benoît Hamon à 6,2%.

  • Benoît Hamon et François Fillon appellent à voter Emmanuel Macron

Dans un discours prononcé peu après l’annonce des résultats, Benoît Hamon, candidat socialiste, invite les électeurs à voter Emmanuel Macron pour faire barrage à Marine Le Pen. François Fillon a donné la même consigne de vote aux alentours de 20h40.

  • Taux de participation en baisse par rapport à 2012

La participation au premier tour s’élevait à 77% à 19h20, selon une estimation Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France et Le Monde à partir d’un échantillon représentatif de 500 bureaux de vote. En 2012, la participation définitive avait atteint 79,48%.

  • Taux d’abstention autour de 20%

Selon l’AFP, le taux d’abstention pour ce premier tour est évalué sur la journée entre 19% et 22%.

À propos de l'Auteur Source: rtbf.be

COLONEL MAJOR MAHAMADOU ABOU TARKA : «LA FÊTE DU 24 AVRIL NOUS PERMET DE RAPPELER LA RÉBELLION, DE PARLER DE L’UNITÉ NATIONALE, D’UN NIGER DANS LEQUEL TOUS SES ENFANTS SE SENTENT SOLIDAIRES ET PLUS À L’AISE»

Tamtaminfo - 24/04/2017

Colonel-Major Mahamadou Abou

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles  additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l’analyse prospectrice, de la prévention  et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d’une semaine de la célébration de la Journée Nationale de la Concorde, en souvenirs des accords cités ci-haut, le président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, le Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, revient sur le sens de la journée du 24 avril, la question de l’unité nationale,  les activités de la HACP en faveur de la consolidation de la paix et de la prévention des conflits, etc.

Monsieur le Président, sous quel signe est placée, cette année, la Journée  Nationale de la Concorde que le Niger célèbre chaque  24 avril ?

La fête de la Concorde est une fête nationale qui aura lieu partout, je tiens à le préciser. Toutes les communes, tous les départements, toutes les régions, ainsi que les administrations, sont appelés à célébrer la fête du 24 avril. Cette année, sous le haut patronage du Premier ministre, nous allons organiser des activités à Tchintabaraden dans la région de Tahoua. L’édition 2017 de la fête de la concorde est  placée sous le signe de ‘’La Paix et l’Unité Nationale’’. Je voudrais rappeler que chaque année, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix se déplace dans une des 76 communes cibles pour une grande cérémonie. Nous avons 76 communes que nous couvrons depuis Bosso jusqu’à Bankilaré,  et  cette année, nous avons reçu les instructions du Président de la République et du Premier ministre pour organiser la fête à Tchintabaraden. Et à cette occasion il y aura un forum dont le thème est  ‘’La paix et l’unité nationale’’.

Après près de vingt ans de célébration de la journée du 24 avril, quelle est la particularité de l’édition de cette année ?
J’ai l’habitude de dire que la Concorde, c’est la troisième fête nationale. Après la fête de l’Indépendance, la fête de la République, voilà la fête de l’unité nationale, celle de la Concorde. C’est quand même une fête extrêmement importante, car elle marque le retour définitif à la paix en 1995, avec la signature des accords de paix entre le Gouvernement et les anciennes rébellions. À partir de ce jour, on considère que la paix est  revenue au Niger.  C’est vrai qu’il y a eu une reprise de rébellion en 2007-2008, mais qui a fait long feu, dans la mesure où le Gouvernement de l’époque a refusé de négocier avec cette rébellion, étant entendu que les accords de paix ont été déjà conclus, on considérait que c’était une anomalie la rébellion de 2007. D’ailleurs elle a fini assez rapidement. Les quelques combattants ont déposé les armes, ils ont bénéficié d’une amnistie, la république est généreuse. On considère que depuis les accords de 1995,  il n’y a pas eu de remise en cause de l’Unité Nationale. Je voudrais aussi dire un mot sur les questions de sécurité dont nous nous occupons avec les Forces de Défense et de Sécurité.

Le Président de la République a l’habitude de dire qu’il n’y a pas de sécurité sans développement.  La Haute Autorité à la Consolidation de la Paix ne fait pas de la sécurité directement dans la mesure où nous ne disposons pas de troupes dans les régions. Mais nous faisons l’autre côté de la sécurité, ce qu’on appelle la sécurité soft, et c’est lier la sécurité au développement. C’est pour cela que nous mettons en œuvre un certain nombre de projets.  Nous allons profiter de la fête de la Concorde pour expliquer certaines choses: les accords de paix de 1995 ont été organisés autour de trois axes. Il y a un axe que nous appelons ‘’Discrimination positive’’, un axe ‘’Décentralisation’’, et un axe ‘’Développement accéléré des zones Nord’’.

Dans l’axe 1, il y a eu l’intégration des ex-combattants dans les Forces de Défense et de Sécurité. Mais il y a eu également l’insertion  des ressortissants dans l’administration des zones touchées par la rébellion ; des bourses ont été  octroyées aux ressortissants de ces zones. Ensuite le Gouvernement a poursuivi ses actions avec la nomination, dans ces zones, des chargés de mission qui, avec les délégués régionaux, nous font la narrative du Gouvernement au sein de ces communautés.  Nous avons continué à travailler sur ces axes, en faisant un focus particulier sur les populations des zones vulnérables, parce que, à tord ou à raison, elles ont l’impression d’être un peu abandonnées.

Le deuxième axe est celui de la décentralisation qui était une revendication de la rébellion. Dans un premier temps, ils  ont réclamé le fédéralisme, mais au cours des négociations, on est abouti à la décentralisation. Cette revendication a été étendue à l’ensemble du pays. Ce qui a été aussi un avantage  qui a permis d’approfondir la démocratie. Aussi, cela a contribué à l’intégration des ex-combattants. Dans la région d’Agadez par exemple, tous les quinze maires qui avaient été élus par la suite, sont des ex-combattants.  Ce deuxième axe a été aussi utile pour l’intégration et l’unité nationale.

Le troisième axe est le développement accéléré des zones nord. C’est un axe qui n’a pas eu beaucoup de succès dans la mesure où le Niger est un pays pauvre. Les partenaires ont promis, mais très peu de choses a été réellement fait. Néanmoins, le Gouvernement a fait ce qu’il pouvait et le Haut Commissariat à la Restauration de la Paix, à l’époque, a eu un certain nombre de projets dans le nord. Aujourd’hui, nous continuons sur ce troisième axe. Et une de nos principales activités à la HACP est de faire des micros projets dans les zones vulnérables. Nous avons au moins un ou deux projets en cours dans une de nos communes cibles, afin de renforcer la résilience des communautés.

Une autre stratégie, que nous avons adoptée au Niger dans le contexte des conflits,  c’est de faire en sorte que les populations aient plus confiance en l’Etat,  qu’aux groupes armés. C’est ce que nous avons fait dans la région de Diffa où opère Boko Haram. C’est là une action civilo-militaire que mène la HACP, en expliquant aux populations le sens du combat des Forces de Défense et de Sécurité, à travers des caravanes de la paix, des forums et des audiences foraines. Mais il ne faut pas s’arrêter là. Il faut à la fois des actions pour prendre en charge les besoins immédiats et aussi des actions pour le développement à long terme.  Il faut accompagner les communautés, parce que ce sont elles qui sont l’instrument premier de la paix.

Pour me résumer, nous avons fait les accords de paix en 1995 et nous avons accumulé une expérience de travail avec les groupes hors-la-loi. Il faut s’en occuper avec une approche globale, déployer les Forces Armées, engager le dialogue avec les communautés pour avoir avec nous tous ceux qui ne sont pas susceptibles d’aller de l’autre côté, diminuer le nombre de nos ennemis, faire des actions socio-économiques en direction de ces gens, et enfin soutenir la résilience des communautés. Nous travaillons beaucoup avec les partenaires, notamment l’Union Européenne et l’AFD.

N’est-il pas aussi nécessaire d’étendre les actions en faveur des couches pauvres des zones sédentaires  qui n’ont pas été concernées par les rebellions ?
L’administration est bien organisée, il y a aussi beaucoup d’institutions. Nous sommes souvent appelés à intervenir dans les zones sédentaires quand il y a les conflits entre sédentaires et nomades. Quelquefois, le Gouvernement demande un peu notre expertise et nous organisons des rencontres qui nous permettent d’arriver à des accords ;  mais c’est le service du  code rural qui est en charge de ces questions, ainsi que les différentes administrations, car la HACP ne peut pas avoir la prétention d’être  partout.

Selon vous, est-ce que l’institutionnalisation de la journée du 24 avril aura servi à consolider la paix ?
Ce qui a été aussi important au Niger, c’est l’institutionnalisation de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix, qui a permis d’accumuler des expériences. C’est  cette institution qui est aussi responsable de l’organisation de la Journée Nationale de la Concorde  le 24 avril.  Il faut que tous les ministères, toutes les institutions prennent en charge la journée du 24 avril. C’est une fête nationale qui doit être beaucoup plus intériorisée, appropriée par les administrations, par les populations, comme le 18 décembre  ou le 3 Août. Je souhaite qu’il y ait plus d’engouement pour la fête de la Concorde Nationale. Les fêtes sont aussi faites pour se souvenir des moments particuliers de l’histoire, parler de leur signification. La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l’unité nationale, d’un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaires et plus à l’aise, etc.

L’indépendance est un thème important, la proclamation de la République également, mais le retour de l’unité nationale est un thème tout aussi important.

À propos de l'Auteur Réalisée par Souley Moutari (ONEP)

Depuis Djibouti, le chef du Pentagone appelle la France à poursuivre ses opérations militaires dans le Sahel

Jeune Afrique Niger - 24/04/2017

En visite ce dimanche à Djibouti, le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis, a exprimé publiquement son souhait de voir la France continuer à mener le combat contre les réseaux extrémistes dans la région du Sahel.

Cet article Depuis Djibouti, le chef du Pentagone appelle la France à poursuivre ses opérations militaires dans le Sahel est apparu en premier sur JeuneAfrique.com.

Don humanitaire : 5.000 tonnes de riz destinées au Niger ... - BENIN WEB TV

Google Actualités - 24/04/2017

BENIN WEB TV

Don humanitaire : 5.000 tonnes de riz destinées au Niger ...
BENIN WEB TV
Le 14 février 2016, 15.000 tonnes de super riz basmati, sous emballage de 50 kg, don du peuple de la République islamique du Pakistan au peuple de la République du Niger, sont arrivées au Port de Cotonou par le navire M.V. Moleson. La cargaison est ...

Niger : Hama Amadou saisit la Cour de Justice de la CEDEAO - Afrik ... - Afrik.com

Google Actualités - 24/04/2017

Afrik.com

Niger : Hama Amadou saisit la Cour de Justice de la CEDEAO - Afrik ...
Afrik.com
Immunité parlementaire violée, arrestation illégale, emprisonnement arbitraire, accusations imaginaires, instruction à charge, violation des règles du procès ...
Niger: l'opposant Hama Amadou saisit la Cour de justice de la ...Financial Afrik
Niger : Après la condamnation de Hama Amadou, la défense saisit ...Bénin Monde Infos

4 autres articles »
Syndiquer le contenu