Démocratie

Vote qui tu veux, si tu veux...

Urne élections

Par Abdoul-Aziz Saïdou

[Ce jour de second tour des présidentielles au Niger, ce texte vient rappeler aux citoyens  la nécessité d’accompagner de façon responsable, au-delà du processus électoral, l’action des leaders qu’ils érigent à travers leur mandat, autour d’un futur dirigeant d’Etat, d’un futur opposant, ou autour d’acteurs publics indépendants... Pour une gouvernance politique rigoureuse, sous le contrôle de citoyens non naïfs, ayant le souci de l’usage objectif et sain de la puissance sociale qu’ils lèguent à des représentants politiques].

Vote qui tu veux, si tu veux ; cela est un droit, à ta discrétion. Aujourd’hui, pendant un instant. C'est ta part de pouvoir, en tant que composante du peuple. Tu la lègueras à un homme, ou un groupuscule. Sous forme de mandat présidentiel, peut-être. Ou sous forme de légitimité à faire la balance du pouvoir en tant qu'opposant significatif.

La quatrième voie ou la citoyenneté des sans-voix

Urne électionsPar Abdoul-Aziz Saïdou

Le processus démocratique est par essence celui de la diversité des opinions et des attitudes. L’analyse de la diversité des comportements citoyens lors du processus actuel au Niger révèle au moins quatre voies.

La diaspora dans un contexte de renouveau démocratique et de quête permanente d'un développement rêvé

Article rédigé par Mahamadou TAFFA, USA


Intégration legosLa démarche de cette réflexion est de donner une nouvelle orientation au débat, en particulier au sein de la diaspora nigérienne, sur les questions d'actualité au Niger, dans la perspective de le rendre dynamique, beaucoup plus curieux et donc productif. Elle propose un regard sur le processus démocratique au Niger, sur le rôle de certains acteurs de la société et le rapport qui les lie, et propose une approche pédagogique au traitement des problèmes, comme alternative au déchaînement d'humeur qui empoisonne les discussions. Elle s'adresse à plus d'une audience mais se focalise sur la diaspora nigérienne.

Il en ressort que pour la réalisation de grands desseins et au vu de l’essence du débat et des dynamiques prometteuses qui s’offrent  à l’Afrique en général et donc au Niger, il est devenu plus qu’impératif pour les gouvernants, pour la classe politique, ainsi que pour l’ensemble de la société civile d’impliquer systématiquement la diaspora dans la conception, l’exécution et la gestion des stratégies inhérentes à leurs interventions respectives.

 


Appel aux Nigériens, à la veille des élections...

Drapeau du Niger

Le 31 janvier 2011, le peuple nigérien est appelé aux urnes, pour d’une part élire les membres du parlement et d’autre part choisir l’homme ou la femme qui, durant les cinq (5) années à venir, présidera aux destinées de notre pays, notre bien collectif le plus précieux.

Au regard de notre histoire récente et des derniers développements politiques, Cri de Cigogne juge utile de retracer les enjeux, rappeler les espoirs et prévenir des points qui nécessiteront une vigilance à propos de ces élections.

Après le coup d’Etat au Niger, réfléchir sur les perspectives d’un nouveau départ

Drapeau du NigerSuite au coup d’Etat du 18 février dernier mené par le « Conseil suprême pour la restauration de la démocratie » (CSRD) qui a déposé Mamadou Tandja, les Nigériens doivent s’atteler à reconstruire les bases d’une démocratie durable et d’un contexte favorable au développement. Plus que les interrogations sur la crise qui a précédé le coup d’Etat (deuxième partie de cet article), ou sur l’opportunité ou non du coup d’Etat (question non traitée dans cet article), les regards des Nigériens sont le plus profondément inquiets lorsqu’ils s’interrogent sur l’avenir (première partie de cet article).

Comment dépasser les inquiétudes, les tensions et les suspicions d’hier et d’aujourd’hui pour faire vivre demain un Niger serein ? Comment sortir de cette crise en reconstruisant et en consolidant de façon durable les acquis démocratiques ? Comment réfléchir sur un vrai départ garantissant les bases (institutionnelles, mais aussi populaires) et la vision nécessaire pour une expérience originale et efficace du développement ?

C’est sur ces questions que nous apportons dans ce qui suit des éléments de réflexion, et que nous invitons les Nigériens à réfléchir avec nous, dans la logique d’un débat national plus que jamais décisif, responsable et constructif

Le Niger à la croisée des chemins

Analyse et enseignements du projet Tazartché

Un mois après le succès partiel du projet de changement constitutionnel au Niger et la consécration de M. Tandja Mamadou comme président, nous revenons sur le déroulement de cette affaire  et tentons de tirer les enseignements politiques qui en découlent. 

Syndiquer le contenu