Contenu CDC

Vote qui tu veux, si tu veux...

Urne élections

Par Abdoul-Aziz Saïdou

[Ce jour de second tour des présidentielles au Niger, ce texte vient rappeler aux citoyens  la nécessité d’accompagner de façon responsable, au-delà du processus électoral, l’action des leaders qu’ils érigent à travers leur mandat, autour d’un futur dirigeant d’Etat, d’un futur opposant, ou autour d’acteurs publics indépendants... Pour une gouvernance politique rigoureuse, sous le contrôle de citoyens non naïfs, ayant le souci de l’usage objectif et sain de la puissance sociale qu’ils lèguent à des représentants politiques].

Vote qui tu veux, si tu veux ; cela est un droit, à ta discrétion. Aujourd’hui, pendant un instant. C'est ta part de pouvoir, en tant que composante du peuple. Tu la lègueras à un homme, ou un groupuscule. Sous forme de mandat présidentiel, peut-être. Ou sous forme de légitimité à faire la balance du pouvoir en tant qu'opposant significatif.

La quatrième voie ou la citoyenneté des sans-voix

Urne électionsPar Abdoul-Aziz Saïdou

Le processus démocratique est par essence celui de la diversité des opinions et des attitudes. L’analyse de la diversité des comportements citoyens lors du processus actuel au Niger révèle au moins quatre voies.

Rôle de la planification familiale sur la réduction de la fécondité au Niger : entre mythes et réalités

Par Harouna Balkissa Brah 

Planification familiale« Il y a plus de 20 ans, le Niger a identifié le contrôle de la croissance démographique comme une priorité dans sa stratégie de lutte contre la pauvreté. Mais, les taux de natalité sont toujours en train d’augmenter ». The Economist, 2014[1].

Introduction

 

Le Niger détient le record mondial de la fécondité, avec un Indice Synthétique de Fécondité (ISF)[2] de près de 8 enfants en moyenne par femme (FNUAP, 2013). Le premier programme public de planification familiale du pays a vu le jour en novembre 1984. Malgré les efforts consentis, une trentaine d’années après, la fécondité reste toujours élevée, l’objectif de 25% d’utilisation de contraceptifs en 2015 fixé par la politique nationale de planification familiale (2012-2020) n’a probablement pas pu être atteint. En effet, selon les estimations des Nations Unies, en 2015, environ 16% des femmes nigériennes mariées auraient utilisé une méthode de contraception quelconque, et 10% parmi elles, auraient eu recours à une méthode moderne de contraception.

La culture des dix pour cent : Analyse d'un phénomène de corruption banalisé au Niger

Corruption

La « commission » au Niger, c’est la somme que l’entrepreneur qui souhaite obtenir un marché verse en dehors de tout cadre légal à l’individu en charge de l’attribution du marché pour que ce dernier consente à lui accorder le marché. C’est en fait un pot-de-vin et c’est devenu une pratique ambiante au Niger. Cri De Cigogne souhaite susciter une prise de conscience sur ce phénomène qui gangrène l’économie nigérienne. L’article ci-dessous a pour objet de lancer le débat sur cette pratique. Les lecteurs sont ainsi invités à réagir en partageant leur expérience  et leurs points de vue sur cette pratique, notamment sur les moyens d'endiguer ce phénomène.

Mendicité au Niger, un phénomène social choquant

Mendiant main tendue

Par Kadidia Ali Dialli

Quiconque s’est promené dans les villes du Niger a constaté la présence grandissante des mendiants aux coins des rues.

Ce phénomène social, certes universel, est particulièrement visible dans les rues de Niamey où les mendiants ont investi les places publiques, les carrefours, les feux optiques, les marchés, les rues.

On ne peut raisonnablement parler du phénomène de mendicité au Niger sans le mettre en perspective avec deux problèmes préoccupants majeurs : l’extrême pauvreté dans laquelle végète encore l’écrasante majorité de la population d’une part, et d’autre part, le sentiment que le combat contre cette pauvreté n’est pas à la hauteur du défi qu’elle représente.

Cependant la mendicité ne s’explique pas seulement dans toute son expression par la pauvreté. Des facteurs sociaux, culturels et une mentalité d’assistanat contribuent aussi à alimenter le phénomène.

Nombre de mendiants des rues du Niger sont des personnes handicapés. Ici le moindre handicap physique (handicapés moteurs, aveugles…) est un prétexte accepté de la société pour s’adonner à la mendicité. Par ailleurs un grand nombre de mendiants des villes sont des enfants venus du village étudier le coran. Ils sont confiés par leur parents à un maître qui les amène en ville et les jette dans la rue pour qu’ils mendient à son compte la journée ; ils étudient péniblement le coran le soir après leur dure journée dans les rues. D’autres enfants mendient également parce qu’ils n’ont plus que la rue comme famille ou repère. Enfin une partie des mendiants sont des personnes bien portantes ne souffrant ni d’handicap physique ni d’abandon familial, qui ont décidé consciemment d’en faire un véritable métier.

C’est cette catégorie de mendiants qui apparaît comme la plus moralement discutable. C’est de cette catégorie qu’il est question dans la suite de cet article.

Syndiquer le contenu