Vote qui tu veux, si tu veux...

Urne élections

Par Abdoul-Aziz Saïdou

[Ce jour de second tour des présidentielles au Niger, ce texte vient rappeler aux citoyens  la nécessité d’accompagner de façon responsable, au-delà du processus électoral, l’action des leaders qu’ils érigent à travers leur mandat, autour d’un futur dirigeant d’Etat, d’un futur opposant, ou autour d’acteurs publics indépendants... Pour une gouvernance politique rigoureuse, sous le contrôle de citoyens non naïfs, ayant le souci de l’usage objectif et sain de la puissance sociale qu’ils lèguent à des représentants politiques].

Vote qui tu veux, si tu veux ; cela est un droit, à ta discrétion. Aujourd’hui, pendant un instant. C'est ta part de pouvoir, en tant que composante du peuple. Tu la lègueras à un homme, ou un groupuscule. Sous forme de mandat présidentiel, peut-être. Ou sous forme de légitimité à faire la balance du pouvoir en tant qu'opposant significatif.

ENJEUX GEOPOLITIQUES ELECTORAUX AU NIGER

Par Sarkin Giara Cha Tanbaya

Quel est le contexte des prochaines élections au Niger ?

Instabilité en Libye, instabilité au Mali, instabilité en Centrafrique, au Soudan, au Nigéria. Stabilité précaire en Côte d’Ivoire. Tentative de déstabilisation du Cameroun, du Tchad. En même temps qu’une crise économique forte balaye l’occident. Cette crise fait accroitre la dépendance occidentale en matière première. D’autant plus que de nouveaux acteurs (chinois, indiens, russes) prétendent aux champs d’actions occidentales notamment en Afrique. Etant plus compétitifs, ces nouveaux acteurs mettent sérieusement en danger la survie des nations occidentales en Afrique.

La quatrième voie ou la citoyenneté des sans-voix

Urne électionsPar Abdoul-Aziz Saïdou

Le processus démocratique est par essence celui de la diversité des opinions et des attitudes. L’analyse de la diversité des comportements citoyens lors du processus actuel au Niger révèle au moins quatre voies.

Rôle de la planification familiale sur la réduction de la fécondité au Niger : entre mythes et réalités

Par Harouna Balkissa Brah 

Planification familiale« Il y a plus de 20 ans, le Niger a identifié le contrôle de la croissance démographique comme une priorité dans sa stratégie de lutte contre la pauvreté. Mais, les taux de natalité sont toujours en train d’augmenter ». The Economist, 2014[1].

Introduction

 

Le Niger détient le record mondial de la fécondité, avec un Indice Synthétique de Fécondité (ISF)[2] de près de 8 enfants en moyenne par femme (FNUAP, 2013). Le premier programme public de planification familiale du pays a vu le jour en novembre 1984. Malgré les efforts consentis, une trentaine d’années après, la fécondité reste toujours élevée, l’objectif de 25% d’utilisation de contraceptifs en 2015 fixé par la politique nationale de planification familiale (2012-2020) n’a probablement pas pu être atteint. En effet, selon les estimations des Nations Unies, en 2015, environ 16% des femmes nigériennes mariées auraient utilisé une méthode de contraception quelconque, et 10% parmi elles, auraient eu recours à une méthode moderne de contraception.

Dialogue avec La Nigérienne

La Nigérienne est un air patriotique, un hymne, notre hymne national. Atterré par ce qui  se produit sous nos cieux, je l’ai invoquée : elle est venue, affligée. Auprès d’elle, je me suis assis, écoutant ses strophes et ses refrains.

Je lui ai demandé si, sans l’avilir, nous pouvions l’entonner. Je lui ai demandé si, sans mentir, nous pouvions la chanter. Je lui ai demandé si elle souffre encore que nous le fredonnions. 

Syndiquer le contenu